*

Politiques de la formation

La politique régionale de formation des demandeurs d'emploi

La Formation professionnelle est une compétence de la Région. Celle-ci a la responsabilité de coordonner l'organisation de l'offre et des financements de la formation professionnelle, dans le cadre du Contrat de Plan régional de développement des formations et de l'orientation professionnelles (CPRDFOP) conclu avec l'Etat et les autorités académiques.

La Région a adopté sa nouvelle stratégie régionale de formation professionnelle continue pour 2019-2021 (plus d'infos). Les marchés prévus dans cette stratégie ont été lancés au 1er semestre 2019 et 2 habilitations de service public ont été mises en place.
Le Pacte régional d'investissement dans les compétences signé le 18 janvier 2019 par l'Etat et la Région augmente les capacités de formation des demandeurs d’emploi et des jeunes peu ou pas qualifiés sur la période 2019 à 2022. Il prévoit un investissement de 1,15 milliard d'euros sur 4 ans : 502,45 M€ pour l'Etat et 648,8 M€ pour la Région.

Les partenaires sociaux interviennent via l'assurance chômage Pôle emploi et leurs OPCO, en particulier dans le cadre des POE, du CSP et du CPF-CDD.

Compétences de la Région et Programme régional de formation

La Région finance les actions de formation utiles au développement économique régional, à l'insertion professionnelle des jeunes et au reclassement des demandeurs d'emploi, en lien avec Pôle emploi et l'Agefiph.

Elle assure la rémunération des stagiaires non indemnisés par Pôle emploi dès lors que ces formations sont prescrites et que les coûts pédagogiques sont financés par la Région (sous condition).

Sont prioritaires les demandeurs d'emploi les moins qualifiés ou les plus fragiles, notamment les jeunes. 

La Région est chargée de la formation des personnes handicapées, des Français établis hors de France et des personnes placées sous main de justice (détenus). Elle contribue à la lutte contre l’illettrisme, en organisant des actions de prévention et d’acquisition du socle de connaissances et de compétences.

La Région a mis en place une nouvelle offre harmonisée, intégrant des actions qualifiantes et certifiantes programmées par les organismes de formation sélectionnés dans le cadre de marchés publics et d'habilitations de service public.

En complément, elle finance une aide individuelle à la formation subsidiaires aux autres dispositifs. Elle peut également financer des projets de formation par subvention aux organismes (voir notre dossier).

L'intervention de la Région en faveur des demandeurs d'emploi est mobilisée par les réseaux de prescripteurs (Pôle emploi, Missions Locales, CAP emploi, et conseillers habilités : CIDFF, PLIE ou conseillers insertion RSA dans certains départements) compte tenu des Projets personnalisés d'accès à l'emploi (PPAE) des bénéficiaires.

Une procédure d'autopositionnement
des demandeurs d'emploi leur permet, depuis 2022,  de candidater directement à une formation financée par la Région (actions qualifiante du PRF ou HSP) : plus d'infos.

La Région travaille en partenariat avec Pôle emploi et l'Agefiph qui financent également dans le cadre de leurs compétences et règlements, des actions en faveur des publics de leur ressort.

Les orientations de la politique régionale en 2022

En 2022, la Région s’appuie sur la montée en puissance du PACTE de formation professionnelle, augmenté du plan de réduction des tensions sectorielles. L’action de la Région se déploie notamment à travers les deux habilitations de service public qu’elle a déployées (HSP Socle et HSP 1er niveau de qualification). Ces habilitations présentent deux avantages forts :

  •  elles permettent d’ancrer les stagiaires dans de réels parcours de formation, plus long donc plus qualifiants.
  • le mécanisme des habilitations, au contraire du marché public, donne une visibilité et une sécurisation financière aux organismes de formation sur plusieurs années. Ce qui leur permet aussi d’investir dans l’outil de formation, garantie d’un niveau d’activité dans les prochaines années. C’est essentiel si l’on veut aussi que les organismes proposent des formations au plus près, avec des plateaux techniques de pointe.

La formation constitue un levier efficace pour répondre à la fois aux tensions immédiates sur le marché de l’emploi et aux besoins structurels récurrents dans certaines filières telles que l’industrie ou le bâtiment, mais aussi pour accompagner les transitions à venir, écologiques et numériques.

La Région concentre en 2022 ses actions pour une offre de formation qui :

  • renforce l’entrée en formation des publics les moins qualifiés et notamment les jeunes conformément aux engagements pris dans le cadre du Plan pour faciliter leur retour à l’emploi dans des métiers et des secteurs qui recrutent ;
  • appuie les besoins en compétences des secteurs et filières économiques en tension ou stratégiques pour l’économie régionale et notamment leurs besoins en personnels qualifiés et d’encadrement intermédiaire ;
  • soutient les projets professionnels d’actifs souhaitant changer de métier ou bien évoluer dans leur secteur d’activité.

En 2021, dans le cadre du plan de relance, l’Etat a décidé de généraliser une mesure décidée en Nouvelle-Aquitaine par la Région, à savoir la revalorisation de la rémunération mensuelle des stagiaires de la formation professionnelle, notamment pour qu’une entrée en formation ne soit pas au final une fragilisation financière pour les intéressés.
Cette revalorisation étendue doit permettre pleinement de sécuriser l’entrée en formation, tout comme la pérennisation du Fonds social formation pour éviter les ruptures de formation par la prise en charge des dépenses non prévues de transport et d’hébergement et du Fonds d’aide à la mobilité vers l’emploi pour soutenir la mobilité des sortants de formation vers un emploi éloigné de leur domicile (voir notre fiche sur ces 2 fonds).

Nouvelle-Aquitaine Rebond : plan de mobilisation pour l’accès à la formation

Le plan de mobilisation traduit la volonté de la Région Nouvelle-Aquitaine de faciliter l’accès de tous à la formation, afin d’augmenter significativement le niveau de qualification des chercheurs d’emploi et des jeunes entrants sur le marché du travail, en leur permettant de faire évoluer leur « capital compétences » de manière dynamique.

Pour ce faire, elle s’était fixé l’objectif en 2021, de porter à 50 000 le nombre d’entrées en formation de personnes en recherche d'emploi. Pour y parvenir, l'objectif est de rendre les formations proposées suffisamment visibles des bénéficiaires, attractives pour inciter les demandeurs d'emploi à se former, et adaptées à la réalité des territoires. Avec l’intervention des professionnels qui les conseillent et les accompagnent, les personnes choisiront leur formation en cohérence avec leur parcours, leurs compétences et en articulation avec les « métiers » en tension ou stratégiques pour l’économie régionale.

Les enjeux sont humains et économiques. Ce plan veut associer tous les acteurs régionaux de la formation et de l’emploi autour d’objectifs clairs et opérationnels, susceptibles de produire des effets à court terme. Sur la période 2020-2022, les dynamiques partenariales sont renforcées, donnant lieu notamment à la signature d’une nouvelle convention de coopération avec Pôle emploi, et une feuille de route pour la prévention et la lutte contre l’illettrisme.

Le plan de mobilisation pour l’accès à la formation se décline en 3 priorités distinctes :

  • Informer et simplifier pour l’accès du plus grand nombre à la formation.
  • Accompagner et sécuriser pour l’accès à la qualification de ceux qui en sont le plus éloignés.
  • Priorité 3 : Impliquer et piloter pour une mobilisation générale autour de l’accès à la formation.

Plus d'infos, consulter notre dossier thématique sur le Plan Rebond

Stratégie régionale de formation professionnelle continue 2019-2021 en Nouvelle-Aquitaine

La stratégie adoptée par le Conseil régional le 23 octobre 2018 repose sur une organisation en proximité qui prend en compte les spécificités du territoire, les besoins des acteurs économiques et ceux des publics identifiés, et permet d’impliquer les entreprises aux cotés des professionnels de la formation.

L’offre de services et de formation sera conçue avec les partenaires économiques pour prévenir tout risque de déqualification au regard des évolutions techniques et technologiques et des exigences du marché du travail. L’ensemble des modes de financement sera exploité : marchés, subventions, habilitation de service public.

Cette stratégie se décline de manière opérationnelle dans un Service public régional de formation professionnelle qui doit permettre à chaque actif d’acquérir de nouvelles compétences afin d’élever son niveau de qualification et développer ainsi sa capacité à trouver, retrouver un emploi ou s’y maintenir.
Il s’articulera autour de six « briques » visant l’accès à la formation et à l’emploi, la qualification et la professionnalisation et l’aide au recrutement par les entreprises :

  • des dispositifs d’orientation et d’amorce de parcours financés principalement sous forme de marchés (soutien aux choix d’orientation, à la définition du projet professionnel, préparation à la formation ou à l’emploi),
  • l’accès au Socle des compétences clés (Financement sous forme d’habilitation de service public),
  • un premier niveau de qualification garanti à tous les actifs, sans prérequis, en adaptant l’offre à leur situation individuelle, avec un accompagnement renforcé et des possibilités d’hébergement et de restauration (Financement sous forme d’habilitation de service public),
  • de nouvelles chances pour se qualifier en situation de travail notamment avec la création de chantiers formation,
  • des actions pour augmenter le niveau de qualification professionnelle des actifs (proposition d’un nouveau dispositif d’aide individuelle et d’achat de formations professionnelles qualifiantes sous forme de marchés),
  • une professionnalisation des actifs et une réponse aux besoins des entreprises par des formations courtes identifiés par des branches professionnelles via des appels à projets permanents ainsi qu’un soutien aux plans des salariés et aux démarches de GPEC.

Afin d’accompagner la montée en compétences et la qualification de la population active, de nouveaux services sont proposés :
- la revalorisation du barème de rémunération,
- la création un fonds régional pour accompagner les mobilités professionnelles,
- la création d’un fonds d’aide d’urgence pour aider les personnes qui ne trouvent aucune réponse dans l’offre de droit commun,
- le développement à grande échelle des Job dating en lien avec le déploiement du site « Talents d’ici ».

Cette stratégie régionale traduit en projets le CPRDFOP adopté en juin 2018. Elle permettra à la Région de saisir l’opportunité du Pacte régional d’investissement dans les compétences, négocié avec l’Etat, pour apporter un financement additionnel sur certains dispositifs.

L’ambition de la Région est de former, dès 2019, plus de 60 000 personnes par an, demandeurs d’emploi, salariés, afin de les faire entrer ou de les maintenir dans l’emploi mais aussi d’accompagner leur adaptation aux enjeux et aux mutations de demain.
Consultez la délibération de la Région

 

Dossiers associés

  • *

    Reclassement des salariés et Assurance chômage

    Ce dossier présente les règles d'indemnisation et les principaux dispositifs de reclassement et de reconversion des salariés.

    Consulter
  • *

    Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations et de l'Orientation Professionnelles (CPRDFOP)

    Le CPRDFOP 2018-2022 signé par l'Etat et la Région détermine la stratégie régionale d'orientation et de formation professionnelle, les priorités communes et les axes de travail.

    Consulter
  • *

    Qualité de la formation et Qualiopi

    Ce dossier traite de la qualité des actions de développement des compétences et de la certification des prestataires

    Consulter
  • *

    Plan de mobilisation Rebond Nouvelle-Aquitaine : les mesures "Formation"

    Ce plan de la Région vise à faciliter l’accès à la formation pour augmenter le niveau de qualification des chercheurs d’emploi et des jeunes entrants sur le marché du travail.

    Consulter