*

Politiques de la formation

La politique régionale de formation des demandeurs d'emploi

La Formation professionnelle est une compétence de la Région. Celle-ci a la responsabilité de coordonner l'organisation de l'offre et des financements de la formation professionnelle, dans le cadre du Contrat de Plan régional de développement des formations et de l'orientation professionnelles (CPRDFOP) conclu avec l'Etat et les autorités académiques.

La Région a adopté sa nouvelle stratégie régionale de formation professionnelle continue pour 2019-2021 (plus d'infos). Les marchés prévus dans cette stratégie ont été lancés au 1er semestre 2019 et 2 habilitations de service public ont été mises en place.
Le Pacte régional d'investissement dans les compétences signé le 18 janvier 2019 par l'Etat et la Région augmente les capacités de formation des demandeurs d’emploi et des jeunes peu ou pas qualifiés sur la période 2019 à 2022. Il prévoit un investissement de 1,15 milliard d'euros sur 4 ans : 502,45 M€ pour l'Etat et 648,8 M€ pour la Région.

Les partenaires sociaux interviennent via l'assurance chômage Pôle emploi et leurs OPCO, en particulier dans le cadre des POE, du CSP et du CPF-CDD.

Compétences de la Région et Programme régional de formation

La Région finance les actions de formation utiles au développement économique régional, à l'insertion professionnelle des jeunes et au reclassement des demandeurs d'emploi, en lien avec Pôle emploi et l'Agefiph.

Elle assure la rémunération des stagiaires non indemnisés par Pôle emploi dès lors que ces formations sont prescrites et que les coûts pédagogiques sont financés par la Région (sous condition).

Sont prioritaires les demandeurs d'emploi les moins qualifiés ou les plus fragiles, notamment les jeunes. 

La Région est chargée de la formation des personnes handicapées, des Français établis hors de France et des personnes placées sous main de justice (détenus). Elle contribue à la lutte contre l’illettrisme, en organisant des actions de prévention et d’acquisition du socle de connaissances et de compétences.

La Région avait mis en place, sur le territoire Poitou-Charentes, un Service Public Régional de la Formation professionnelle (SPRF), un portail service public de la formation en Limousin et des marchés structurants sur le territoire Aquitain.

Ces dispositifs ont cédé la place à une nouvelle offre harmonisée, intégrant des actions qualifiantes et certifiantes programmées par les organismes de formation sélectionnés dans le cadre de marchés publics et d'habilitations de service public.

En complément, la Région a mis en place une aide individuelle à la formation subsidiaires aux autres dispositifs. Elle peut également financer des projets de formation par subvention aux organismes (voir notre dossier).

L'intervention de la Région en faveur des demandeurs d'emploi est mobilisée par les réseaux de prescripteurs (Pôle emploi, Missions Locales, CAP emploi, et conseillers habilités : CIDFF, PLIE ou conseillers insertion RSA dans certains départements) compte tenu des Projets personnalisés d'accès à l'emploi (PPAE) des bénéficiaires.

La Région travaille en partenariat avec Pôle emploi et l'Agefiph qui financent également dans le cadre de leurs compétences et règlements, des actions en faveur des publics de leur ressort.

Stratégie régionale de formation professionnelle continue 2019-2021 en Nouvelle-Aquitaine

La stratégie adoptée par le Conseil régional le 23 octobre 2018 repose sur une organisation en proximité qui prend en compte les spécificités du territoire, les besoins des acteurs économiques et ceux des publics identifiés, et permet d’impliquer les entreprises aux cotés des professionnels de la formation.

L’offre de services et de formation sera conçue avec les partenaires économiques pour prévenir tout risque de déqualification au regard des évolutions techniques et technologiques et des exigences du marché du travail. L’ensemble des modes de financement sera exploité : marchés, subventions, habilitation de service public.

Cette stratégie se décline de manière opérationnelle dans un Service public régional de formation professionnelle qui doit permettre à chaque actif d’acquérir de nouvelles compétences afin d’élever son niveau de qualification et développer ainsi sa capacité à trouver, retrouver un emploi ou s’y maintenir.
Il s’articulera autour de six « briques » visant l’accès à la formation et à l’emploi, la qualification et la professionnalisation et l’aide au recrutement par les entreprises :

  • des dispositifs d’orientation et d’amorce de parcours financés principalement sous forme de marchés (soutien aux choix d’orientation, à la définition du projet professionnel, préparation à la formation ou à l’emploi),
  • l’accès au Socle des compétences clés (Financement sous forme d’habilitation de service public),
  • un premier niveau de qualification garanti à tous les actifs, sans prérequis, en adaptant l’offre à leur situation individuelle, avec un accompagnement renforcé et des possibilités d’hébergement et de restauration (Financement sous forme d’habilitation de service public),
  • de nouvelles chances pour se qualifier en situation de travail notamment avec la création de chantiers formation,
  • des actions pour augmenter le niveau de qualification professionnelle des actifs (proposition d’un nouveau dispositif d’aide individuelle et d’achat de formations professionnelles qualifiantes sous forme de marchés),
  • une professionnalisation des actifs et une réponse aux besoins des entreprises par des formations courtes identifiés par des branches professionnelles via des appels à projets permanents ainsi qu’un soutien aux plans des salariés et aux démarches de GPEC.

Afin d’accompagner la montée en compétences et la qualification de la population active, de nouveaux services sont proposés :
- la revalorisation du barème de rémunération,
- la création un fonds régional pour accompagner les mobilités professionnelles,
- la création d’un fonds d’aide d’urgence pour aider les personnes qui ne trouvent aucune réponse dans l’offre de droit commun,
- le développement à grande échelle des Job dating en lien avec le déploiement du site « Talents d’ici ».

Cette stratégie régionale traduit en projets le CPRDFOP adopté en juin 2018. Elle permettra à la Région de saisir l’opportunité du Pacte régional d’investissement dans les compétences, négocié avec l’Etat, pour apporter un financement additionnel sur certains dispositifs.

L’ambition de la Région est de former, dès 2019, plus de 60 000 personnes par an, demandeurs d’emploi, salariés, afin de les faire entrer ou de les maintenir dans l’emploi mais aussi d’accompagner leur adaptation aux enjeux et aux mutations de demain.
Consultez la délibération de la Région

Nouvelle-Aquitaine Rebond : plan de mobilisation pour l’accès à la formation

Le plan de mobilisation traduit la volonté de la Région Nouvelle-Aquitaine de faciliter l’accès de tous à la formation, afin d’augmenter significativement le niveau de qualification des chercheurs d’emploi et des jeunes entrants sur le marché du travail, en leur permettant de faire évoluer leur « capital compétences » de manière dynamique.

Pour ce faire, elle s’est fixé l’objectif pour 2021, de porter à 50 000 le nombre d’entrées en formation de personnes en recherche d ‘emploi. Pour y parvenir, il va s’agir de rendre les formations proposées suffisamment visibles des bénéficiaires, attractives pour les inciter à se former, et adaptées à la réalité des territoires. Avec l’intervention des professionnels qui les conseillent et les accompagnent, les personnes choisiront leur formation en cohérence avec leur parcours, leurs compétences et en articulation avec les « métiers » en tension ou stratégiques pour l’économie régionale.

Les enjeux sont humains et économiques. Ce plan veut associer tous les acteurs régionaux de la formation et de l’emploi autour d’objectifs clairs et opérationnels, susceptibles de produire des effets à court terme. Après plusieurs phases de concertation impulsées par la Région, et avec le concours de Cap Métiers Nouvelle-Aquitaine, des actions ont d’ores et déjà été engagées, comme le Mois de la Formation (en novembre 2020) ou vont rapidement se mettre en place avec, notamment la possibilité, ouverte à titre expérimental dans un premier temps, pour les chercheurs d’emploi de candidater directement en formation. Sur la période 2020-2022, les dynamiques partenariales sont renforcées, donnant lieu notamment à la signature d’une nouvelle convention de coopération avec Pôle emploi, et une feuille de route pour la prévention et la lutte contre l’illettrisme.

Le plan de mobilisation pour l’accès à la formation se décline en 3 priorités distinctes :

  • Informer et simplifier pour l’accès du plus grand nombre à la formation.
  • Accompagner et sécuriser pour l’accès à la qualification de ceux qui en sont le plus éloignés.
  • Priorité 3 : Impliquer et piloter pour une mobilisation générale autour de l’accès à la formation.

Plus d'infos, consulter notre dossier thématique sur le Plan Rebond

Les orientations de la politique régionale en 2021

2021 est marquée par :
- Les impacts de la crise sanitaire avec la nécessité de faire face aux urgences économiques et sociales mais aussi d’accompagner les transformations de l’économie et de l’emploi.
- La montée en puissance du Pacte régional d’investissement dans les compétences qui mobilisent près de 1,2 Mds d’euros pour la formation des demandeurs d’emploi sur 2019-2022. Le En 021, le Pacte prend en compte de priorités sectorielles et l’élargissement de son périmètre aux formations du sanitaire et social.

Concernant l'apprentissage : voir la feuille de route adoptée en avril 2020

La crise sanitaire qui se poursuit en 2021 a conduit la Région à adopter de nouvelles mesures d'urgence, un Plan de reprise d'activité des organismes de formation et un Plan régional de relance qui comporte des  mesures pour la transformation numérique de la formation : voir nos actualités.

Fin 2020, la Région s'était donnée 4 objectifs pour 2021 :

1 : QUALIFIER POUR REPONDRE AUX BESOINS DE COMPETENCES DE L'ECONOMIE ET DES TERRITOIRES

La Région met en oeuvre des mesures inscrites dans le cadre dans son plan de transitions et de reconquête technologique, afin de répondre à plusieurs enjeux :
- intensifier la mise en place de parcours de formation notamment pour les publics les moins qualifiés et les « décrocheurs » pour faciliter leur insertion dans des métiers et des secteurs qui restent en tension ou stratégiques pour l’économie régionale,
- adapter le Programme Régional de Formation pour appuyer les secteurs et filières économiques prioritaires, préparer aux mutations technologiques, organisationnelles et professionnelles induites par la crise et intégrer les ambitions de Neoterra,
- favoriser la reconversion professionnelle des actifs sur le point de quitter ou ayant perdu leur emploi en adoptant de nouvelles dispositions pour les aides individuelles à la formation.

En ce qui concerne les jeunes ayant obtenu un diplôme professionnel dont la finalité est un accès direct et rapide à l’emploi et pour lesquels le risque est important qu’ils perdent la technicité acquise du fait de la période de confinement ou de la difficulté de ne pouvoir se confronter à des situations réelles de travail, le dispositif « passerelles pour l’emploi » leur permet d’acquérir des compétences complémentaires facilitant leur insertion au moment de la reprise.

Au titre du soutien à l’évolution professionnelle des actifs tout au long de la vie, l’accès à la VAE et l’accompagnement aux démarches permettant d’obtenir une certification par cette voie sont facilités et encouragés grâce au réseau des Points Régionaux Conseils (PRC). En 2021, l’organisation des relations et des complémentarités entre les PRC VAE, les ERIP et le CEP des salariés doit être précisée.
Le dispositif de soutien à l’accompagnement aux démarches de VAE pour les demandeurs d’emploi a évolué fin 2020 en intégrant le règlement d’intervention des aides individuelles à la formation dans une logique de soutien personnalisé aux parcours d’évolution professionnelle. Un objectif de 600 parcours est visé.

La crise sanitaire a mis en exergue la nécessité d’accélérer et d’accompagner la transformation des organismes de formation notamment digitale. A cet effet, un contrat régional de filière « métiers de la formation » 2020-2023 a été approuvé par la Région.
Par ailleurs, dans le cadre du Fonds régional d’innovation dans la formation (FRIF), un accompagnement au changement est proposé aux organismes de formation (voir notre fiche) et un projet de développement de la formation à distance est déployé en 2021. Il concerne l’ingénierie, les ressources les outils et la professionnalisation des acteurs.

OBJECTIF N°2 : INSERER LES PUBLICS SPECIFIQUES

Le programme régional pour l’accès à la formation et à la qualification des personnes en situation de handicap a posé une stratégie à l’échelle Nouvelle-Aquitaine qui fixe les enjeux prioritaires, les objectifs opérationnels et actions qui sont déclinées jusqu’à 2022 (plus d'infos). 

Le partenariat avec l’AGEFIPH se poursuit. Les discussions se poursuivents avec l’ARS pour adapter l’offre de formation des Ecoles de Reconversion Professionnelle (ERP) et Centres de Rééducation Professionnelle (CRP) aux besoins des personnes en situation de handicap et limiter l’impact de cette offre sur les dépenses de rémunération des stagiaires concernés.

Par ailleurs, la Région contribue à la lutte contre l’illettrisme sur son territoire en organisant et en finançant des actions de prévention et d’acquisition d’un socle de connaissances et de compétences de base. Cet effort est amplifié par l’Appel à projets Illettrisme-Illectronisme qui propose d’ouvrir de nouvelles voies pour prévenir et combattre ces risques d’exclusion durable du travail et de la vie sociale.
L’action de la Région s’inscrit plus largement dans la feuille de route régionale de lutte contre l’illettrisme adoptée en décembre 2020 et partagée avec l’Etat, la Région, les autorités académiques et les partenaires sociaux. (voir notre dossier).

S’agissant des publics détenus, le déploiement, au sein des établissements pénitentiaires, de la nouvelle offre de formation professionnelle est poursuivi. La préparation à la sortie et l’insertion dans l’emploi restent deux objectifs clairement partagés avec la direction interrégionale des services pénitentiaires.


OBJECTIF N°3 : ACCOMPAGNER ET SOUTENIR FINANCIEREMENT LES PERSONNES EN COURS DE FORMATION

La Région, attachée à renforcer et développer l’accessibilité à la formation, sécurise les parcours de formation en versant notamment une rémunération aux stagiaires de la formation professionnelle, des lors que ceux-ci n’ont pas (ou plus) de droits à l’assurance chômage.

Dans le cadre du nouveau Service Public Régional de Formation Professionnelle et de la mise en place des deux habilitations de service public (HSP), la Région a fait de la rémunération des stagiaires un levier pour inciter les demandeurs d’emploi à se qualifier. Ainsi le barème de rémunération a été relevé pour ces deux dispositifs.(voir notre info).

Par ailleurs, avec l’objectif d’éviter les ruptures de formation et d’accompagner la mobilité des sortants de formation vers l’emploi, les deux nouveaux fonds sont déployés : le Fonds social formation permettant de prendre en charge des dépenses non prévues de transport et d’hébergement et le Fonds d’aide à la mobilité vers l’emploi, aide financière attribuée aux sortants de formation pour faciliter leur accès à un emploi éloigné de leur domicile. (plus d'infos).


OBJECTIF N°4 : COORDONNER ET FLUIDIFIER LES PARCOURS

Fin 2020, le Conseil régional adopte une cadre de mobilisation générale pour l’accès à la formation. Cette priorité de l’accès à la formation, prioritairement pour les actifs les moins qualifiés, afin d’élever leur niveau de qualification et de développer leurs compétences en lien avec les besoins des entreprises, est au coeur, en 2021, de l’action des nombreux opérateurs intermédiaires de la formation et de l’emploi : Pôle emploi, Missions Locales, Plans Locaux pour l’Insertion et l’Emploi (PLIE), etc. Les cadres de ces partenariats ont vocation à être renouvelés ou actualisés et animés en 2021 à l’aune de cet objectif.

En 2021, la Région achève l’unification dans les 43 bassins d’emploi de Nouvelle- Aquitaine du réseau des espaces régionaux d’information de proximité (ERIP) qui proposent aux habitants de la région un accès ouvert aux informations sur les métiers, les formations, les possibilités d’évolution professionnelle et la création d’activité. En mobilisant et coordonnant les acteurs de l’emploi et de l’orientation dans les territoires, il s’agit de simplifier, en décloisonnant, l’accès aux ressources qui permettent aux jeunes et aux actifs d’agir sur leur parcours de formation et d’évolution professionnelle.
Ce déploiement est appuyé par les ressources techniques et les outils de Cap Métiers.
La Région assure également le plein déploiement de sa plateforme « Talents d’ici », outil de mise en relation des sortants de formation professionnelle avec les entreprises qui recherchent de nouvelles compétences pour se développer.

 

Dossiers associés

  • *

    Reclassement des salariés et Assurance chômage

    Ce dossier présente les règles d'indemnisation et les principaux dispositifs de reclassement et de reconversion des salariés.

    Consulter
  • *

    Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations et de l'Orientation Professionnelles (CPRDFOP)

    Le CPRDFOP 2018-2022 signé par l'Etat et la Région détermine la stratégie régionale d'orientation et de formation professionnelle, les priorités communes et les axes de travail.

    Consulter
  • *

    Qualité de la formation et Qualiopi

    Ce dossier traite de la qualité des actions de développement des compétences et de la certification des prestataires

    Consulter
  • *

    Plan de mobilisation Rebond Nouvelle-Aquitaine : les mesures "Formation"

    Ce plan de la Région vise à faciliter l’accès à la formation pour augmenter le niveau de qualification des chercheurs d’emploi et des jeunes entrants sur le marché du travail.

    Consulter