*

Publics spécifiques

Senior : emploi et fin de carrières

Fin 2021, 56,1 % des 55-64 ans étaient en emploi en France métropolitaine.

En 2017, 60,6% des 50-64 ans étaient en emploi en Nouvelle-Aquitaine. En décembre 2018, les seniors représentaient près de 26 % des demandeurs d’emploi en Nouvelle-Aquitaine. En un an, cette part a augmenté de +0,6 point.

Plus du quart de la demande d'emploi des seniors se concentre en Gironde.

Les seniors sont majoritairement des femmes et demandeurs d'emploi qualifiés. Ils exercent en moyenne moins d'activité réduite que le reste de la population.

En un an, 67 600 reprises d’emploi ont été recensées dans la région pour les demandeurs d’emploi âgés de 50 ans et plus. Ce nombre est en hausse de +10,5% en un an.

La politique de l'Etat

La politique nationale repose sur trois piliers :

  • des incitations à l'embauche dans le cadre des mesures de la politique de l'emploi
     
    Le Contrat Unique d’Insertion (CUI) : il peut être prolongé dans la limite d’une durée totale de 60 mois (au lieu de 24 mois) pour les personnes âgées de 50 ans et plus et bénéficiaires d'un minimum social.

    Le CDD Seniors, qui vise à faciliter le retour à l’emploi des salariés âgés de plus de 57 ans

    Le contrat de professionnalisation : une exonération de cotisations patronales ainsi qu’une aide financière est accordée à l’employeur en cas d’embauche d’un demandeur d’emploi âgé de 45 ans et plus.

    Le CDI d’inclusion : il permet aux SIAE d’embaucher en contrat à durée indéterminé un public senior de plus de 57 ans.

  • le maintien dans l’emploi et la transmission des compétences des salariés âgés.

    Les accords d'entreprise (obligatoires à partir de 300 salariés) sur la gestion des emploi et des parcours professionnel peuvent prendre en compte la situation des seniors, en particulier aborder les questions de l'emploi des salariés âgés et la transmission des savoirs et des compétences. Les accords de branche sur la formation peuvent porter sur les conditions d'exercice du tutorat par les salariés de plus de 55 ans.

    Dans le cadre d’un plan de GPEC appuyé par l’Etat, l’aide à l’adaptation des salariés aux évolutions de l’emploi peut être majorée lorsque la formation est organisée au bénéfice des salariés âgés de 45 ans et plus.

    A signaler aussi l’aide à la fonction tutorale des OPCO qui est majorée lorsque le tuteur est un salarié de 45 ans et plus.

  • la prise en compte de l'exposition aux facteurs de risques professionnels et l'amélioration des conditions de travail

Les seniors au travail

Principales caractéristiques et statistiques des seniors actifs (55-64 ans)

En 2017, en France métropolitaine, 61 % des 50-64 ans étaient en emploi (60,6 % en Nouvelle-Aquitaine). Ce taux était minimal dans les Hauts-de-France (56 %) et culminait à 69 % en Île-de-France.

Le taux d’emploi des seniors hommes était quasiment identique dans toutes les régions. Ce n’était pas le cas pour les femmes de 50 à 64 ans : 52 % de celles résidant dans les Hauts-de-France étaient en emploi, contre 67 % de celles domiciliées en Île-de-France.
Ce taux était de 58,6 % en Nouvelle-Aquitaine (contre 62,8 % pour les hommes).

Entre 50 et 59 ans, le taux d’emploi était le plus élevé pour les hommes. En revanche, pour les 60-64 ans, dans presque toutes les régions, le taux d’emploi était plus important pour les femmes. Les femmes cherchent à allonger leur durée d’activité avant de faire valoir leurs droits à la retraite pour compenser des interruptions de carrières ou des emplois moins rémunérateurs.

En Île-de-France, le taux d’emploi des seniors est élevé, car les cadres y sont surreprésentés et y restent en emploi plus longtemps que les autres catégories socioprofessionnelles.

Dans les régions de l’Ouest, les taux d’emploi sont supérieurs à la moyenne de province bien que ces régions attirent de nombreux seniors à l’âge de la retraite.

En Nouvelle-Aquitaine le taux de chômage des seniors frôle les 6 %. Le taux d’activité y est de 64 %.

A fin décembre 2018, 134 700 demandeurs d’emploi en recherche active étaient âgés de 50 ans et plus en Nouvelle-Aquitaine.
La Gironde concentrait plus du quart des demandeurs d’emploi âgés de 50 ans et plus de Nouvelle-Aquitaine.

Les femmes sont surreprésentées chez les seniors : près de 56 % de la demande d’emploi senior contre 44 % pour les hommes.
Six demandeurs d’emploi seniors sur dix étaient qualifiés.

Les métiers des services à la personne et à la collectivité regroupaient près de 20 % des demandeurs d’emploi seniors ; C’est le domaine professionnel dans lequel le plus grand nombre de seniors recherchent un emploi.
Les emplois sur des métiers du support à l’entreprise (Secrétariat, Opération administrative, Accueil et renseignement et Comptabilité …) sont également très recherchés ainsi que ceux du transport et logistique.

Ces trois domaines professionnels concentrent la moitié des demandeurs d’emploi seniors et ils y sont surreprésentés. En revanche, les seniors sont sous-représentés dans les métiers du commerce, de la construction, de la communication, de l’hôtellerie-restauration et de la santé.

La performance des entreprises créées par les seniors

France Stratégie publie en novembre 2022 un document de travail sur la performance des entreprises créées par les seniors. Les seniors définis comme le groupe d’âge 50-64 ans créent chaque année un cinquième des nouvelles entreprises : c’est moins que leur poids dans la population active (28 %), mais autant que les juniors (18-30 ans).

L’étude essaie de repérer si les entreprises créées par les seniors connaissent une destinée particulière, signalant un talent ou une faiblesse spécifique à développer de nouvelles entreprises, par rapport au groupe d’âge médian, les 30-49 ans.

Seules 60 % des entreprises créées entre 2010 sont toujours en activité en 2015. Parmi elles, 40 % ont fait l’objet d’une cession-transmission. Un quart des entreprises qui n’ont pas survécu ont fait l’objet d’une liquidation judiciaire.

Les seniors créateurs d’entreprise se distinguent des autres créateurs d’entreprise par un niveau d’éducation légèrement plus polarisé, avec plus de sans diplôme et plus d’élèves de grandes écoles, par un niveau de qualification professionnelle plus élevé (cadres, indépendants, chefs d’entreprise) et par un capital investi au démarrage de l’entreprise plus important. La moitié d’entre eux ont connu une expérience précédente dans la création d’entreprise, contre un tiers seulement pour l’ensemble des créateurs. À l’inverse, leur recours aux prestations sociales et aux aides à la création d’entreprise est plus faible que la moyenne.

Cinq profils de créateurs d’entreprise âgés de 50 à 64 ans ressortent. On compte 12 % de demandeurs d’emploi âgés de 50 à 54 ans et 21 % de chômeurs de longue durée âgés de 55 à 59 ans. Les femmes retraitées rassemblent 19 % des créateurs. Ces trois catégories représentent 52 % des créateurs d’entreprise de plus de 50 ans.

Lire le document

Sélection d'études pour aller plus loin

 

Dossiers associés

  • *

    Pénibilité au travail et prévention des risques

    Les mesures, accords et plans d'action de prévention de l'exposition des salariés aux facteurs de risques professionnels

    Consulter