*

Politiques de la formation

Plan d'investissement Compétences (PIC) et Pacte régional

L'une des priorités du Grand Plan d'investissement 2018-2022 lancé par l'Etat vise le développement des compétences ; priorité mise en oeuvre via un Plan d’investissement compétences (PIC) porté par les services de l'Etat en coopération avec les Régions. Le PIC prévoit des appels à projets nationaux et se décline dans des "Pactes régionaux d’investissement dans les compétences" signés par l'Etat et les Régions intéressées.  

La Région NA a conclu le 18/01/19 un Pacte régional pour transformer le système de formation et former les jeunes et les demandeurs d’emploi, avec 1,15 milliard d'euros sur 2019-2022. Ce plan a été amplifié par un 1er avenant le 11/12/20 pour intégrer les priorités des plans de relance et 1 jeune, 1 solution. Un 2nd avenant conclu en 2022 prolonge le Pacte jusque fin 2023 avec de nouveaux engagements pour réduire les tensions de recrutement.

Les objectifs du PIC

L'objectif est de proposer en cinq ans d'améliorer la qualification des jeunes et des demandeurs d'emploi, avec le financement de :

  • un million de places de formation pour les chômeurs peu qualifiés,
  • 470 000 actions pour les jeunes décrocheurs
  • 330 000 actions de préparation aux dispositifs d'alternance
  • 250 000 actions de FOAD non ciblées sur un public particulier.

Cet effort sera accompagné d’actions visant à :

- favoriser l'accélération de la transformation des systèmes de formation professionnelle, notamment en développant un système d’information unique de la formation professionnelle et en finançant des expérimentations, le déploiement d'outils et de méthodes innovantes pour augmenter la valeur ajoutée et l'efficience des parcours de formation.

- accompagner les personnes les plus fragiles avant, pendant et après leur formation, notamment en mettant l’accent sur l’acquisition des postures professionnelles et des compétences relationnelles attendues par les recruteurs.

Afin de proposer des formations de qualité et d’atteindre des taux de retour à l’emploi élevés, 3 conditions devront être remplies :

  • la priorité à des formations longues et qualifiantes, susceptibles d’améliorer durablement l’accès des bénéficiaires à l’emploi
  • un accompagnement individualisé des personnes admises en formation, en amont et en aval de la formation elle-même
  • une transformation de notre système de formation professionnelle pour adapter les contenus et les programmes de formation aux nouveaux besoins de l'économie (anticiper la transformation des métiers et des besoins en compétences) penser de nouvelles approches pédagogiques intégrant les nouveaux usages numériques et renforcer les mises en situation professionnelle et la formation en situation de travail. La commande de formation devra évoluer dans son contenu et son ingénierie.

Les principaux axes du PIC

Les principaux axes du Plan sont les suivants :

1. Mieux voir pour mieux orienter
Soutien des démarches permettant l'analyse des besoins en compétences et le partage des données et méthodes pour aider à la construction des parcours (collectes des offres et perspectives d'emploi, évolution des compétences attendues par métier...).

2. Repérer et renouer le dialogue et (re)mobiliser les personnes les plus éloignées de l'emploi
Soutien d'expérimentations, identifications des actions déjà conduites vers les jeunes hors institutions.
Organisation d'une campagne de sensibilisation et d'information massive pour toucher les personnes au sein de leurs foyers et relayée par les réseaux sociaux.

3. Proposer des parcours de formation vers l'emploi durable
- Développement d'un outil en ligne d'évaluation des compétences numériques et des savoirs de base, avec proposition de parcours d'utilisateurs adaptés aux diverses situations.
Possibilité de décliner cette approche d'évaluation à d'autres domaines : compétences sociales ou transverses, niveau de langues...

- Développement d'une ingénierie de parcours personnalisé de formation via le soutien aux démarches intégrant une étape visant à faire découvrir les métiers, identifier les manques en termes de compétences et connaissances et dessiner le parcours individualisé nécessaire à l'apprentissage d'un (nouveau) métier.

- Expérimenter des prestations modulaires mises en oeuvre par Pôle emploi visant à renforcer le savoir-être professionnel comportant une phase de diagnostic, puis l'alternance de travaux individuels et collectifs avec des mises en situation professionnelles et l'intervention de managers.
Un référentiel de compétences relationnelles doit être élaboré dans la perspective d'une certification sous forme de blocs de compétences reconnus.

- Proposer des parcours de formation personnalisés, intégrés et qualifiants, assortis d'un accompagnement.
En s'appuyant sur les expériences réussies ayant permis de décloisonner les interventions, il s'agit de promovoir de nouvelles logiques de parcours pour lever les freins à la réussite des publics non qualifiés et de renforcer les logiques de complémentarité.
L'accompagnement en formation doit être généralisé pour préparer l'insertion post-formation. Il faudra aussi faire la réingénierie pédagogique et intensifier le recours aux outils numériques de formation.

- Soutenir les filières prioritaires via des actions sectorielles de GPEC et de formation des personnes peu qualifiées at des actions des secteurs particulièrement impactés par les transitions écologiques, numériques ou robotiques.

- Les autres financements du PIC permettent d'intensifier le déploiement de l'accompagnement intensif des jeunes, de proposer la Prépa-apprentissage, de développer l'accueil dans les dispositifs 2ème chance et au sein des GEIQ, de contribuer à la réussite des Parcours emplois compétences (CAE) et d'accompagner les étrangers primo-arrivants et réfugiés vers l'emploi.

4. Soutenir l'innovation et l'expérimentation
Des appels à projets compétitifs ont été régulièrement lancés sur différents thèmes tels que l'innovation pédagogique et d'accompagnement, la création d'une base de ressources pédagogiques digitales pour tous le OF, la modernisation des organismes de formation.

5. Développer une nouvelle interface numérique du CPF.

Les orientations pour les demandeurs d'emploi et les jeunes

Pour les demandeurs d'emploi, il s’agit :

  • d'accompagner les personnes les plus fragiles pendant leur formation afin de prévenir les décrochages, d’anticiper la recherche d’emploi post-formation en capitalisant sur les acquis, et, le cas échéant, d’effectuer un travail de médiation entre le formateur et le formé. Les formations longues (entre 6 mois et 9 mois) et les formations certifiantes sont privilégiées.
  • de donner une information objective et transparente sur la valeur ajoutée des organismes de formation aux personnes en recherche d’emploi et aux conseillers CEP. Il était prévu que chaque organisme de formation détiendrait un indicateur de performance calculé et publié sur le modèle de l’indicateur de valeur ajoutée des lycées.
    Le système de certification des organismes de formation est développé.
  • de développer un véritable système d’information de la formation professionnelle, en interconnectant les différents systèmes d’information, de dématérialiser les procédures et en offrant aux demandeurs d’emploi une interface et des services numériques qui répondent à leurs besoins.
  • de développer les formations à distance. Afin de structurer cette offre de formation sur une large palette de types et de niveaux de qualifications, un marché public national a été lancé.
  • de financer des expérimentations innovantes permettant de développer de nouvelles méthodes et modalités d’apprentissage, en s’appuyant sur les travaux des chercheurs, sur les nouvelles technologies et sur les exemples étrangers les plus réussis.
  • de mettre l’accent sur l’acquisition des postures professionnelles et des compétences relationnelles attendues par les recruteurs. De nouvelles prestations sont proposées pour permettre aux demandeurs d’emploi de mieux intégrer la dimension de compétences relationnelles, tant en phase de recrutement qu’en phase d’emploi.


Concernant les jeunes
(ni en emploi ni en formation) :

Le PIC permet, en plus de conforter les suivis intensifs, de franchir le seuil de 100 000 jeunes pris en charge chaque année par ce dispositif. Le plan peut financer en outre une extension du dispositif d'accompagnement renforcé de Pôle emploi à 25 000 jeunes supplémentaires par an.
Des appels à projets ont été lancés pour développer des solutions efficaces qui permettront de repérer et diminuer de moitié le nombre de jeunes "invisibles" (ie non accompagnés par le SPE).

Le PIC finance aussi 4000 places supplémentaires dans les E2c et les EPIDE.

Pour assurer l'adaptation des compétences des jeunes aux métiers de demain et leur intégration à leur sortie du système scolaire, il convient d’articuler plus étroitement formations initiale et continue, emploi, innovation et recherche afin de mieux répondre aux besoins de compétences des territoires et des entreprises. Les Campus des métiers et des qualifications sont redynamisés. Les outils numériques doivent être davantage utilisés sur ces campus.

Le PIC prévoit également une initiative pour promouvoir les expérimentations innovantes en faveur de la formation des maîtres et des professeurs. Il finance des expérimentations dans l'Education nationale et accompagne les transformations du 1er cycle universitaire, afin d’améliorer la formation initiale des jeunes, leur orientation au lycée comme à l’université et leur insertion professionnelle.

Le Pacte de Nouvelle-Aquitaine 2019-2022 et ses avenants

Signature du Pacte régional en janvier 2019

Après une phase d’amorçage en 2018 (voir notre info), l'Etat et la Région ont signé, le 18 janvier 2019, un pacte régional qui les ont engagé pour un montant d'investissement de 1,15 milliard d'euros sur 4 ans (2019-2022) : 502,45 M€ pour l'Etat et 648,8 M€ pour la Région.

L'objectif de favoriser la formation des demandeurs d’emploi et des jeunes peu ou pas qualifiés et d’adapter les formations aux besoins des entreprises, avec comme ambition d'augmenter la capacité de formation pour atteindre 60 000 parcours en 2020.

Pour atteindre leurs objectifs, les signataires se sont fixés "un cap de transformation" cohérent avec la nouvelle stratégie régionale de formation.
Ils recueillent en continu les besoins des entreprises et des publics, en s’appuyant sur le CREFOP, les Contrats régionaux de filières et des comités territoriaux de la formation qui seront progressivement mis en place dans les bassins d'emploi.

L’offre de formation est adaptée au regard de ces besoins, des orientations de chaque financeur et selon les axes du Pacte régional : nouveaux parcours qualifiants (axe 1), consolidation des compétences clés des plus fragiles (axe 2), parcours combinant certifications reconnues et préparation aux compétences émergentes.

Un appel à projets permet d'expérimenter de nouveaux process de formation et d’accompagnement centrés sur la prévention et la médiation pour les personnes en situation d’illettrisme et d’illectronisme.
Une autre expérimentation vise à faire renouer jeunes et adultes sortis des systèmes classiques d’accompagnement, avec l’envie d’apprendre et la motivation à intégrer un parcours collectif vers la qualification.

La rémunération des stagiaires a été progressivement réévaluée pour atteindre 850 €/mois pour les publics ciblés par le Pacte.

Le fonds régional d’innovation dans la formation (voir notre fiche) a été mobilisé pour soutenir l’ingénierie de formation et moderniser l’appareil de formation. L'appel à projets Digitalisation a été renouvelé. Un contrat de filière a été élaboré dans le champ des métiers de la formation.

Le programme de professionnalisation porté par Cap Métiers intégre des actions sur les nouvelles approches pédagogiques, la connaissance des publics cibles, l'intégration des formations en situation de travail et la conduite du changement dans les organismes de formation.

Les modalités d’achats de formation ont été adaptées pour les rendre plus agiles. L'évaluation et le système d’information sont renforcés en termes de suivi des parcours et de prescription dématérialisée de l’offre de formation.


1er avenant au Pacte régional (décembre 2020)

L’Etat et la Région ont signé le 11 décembre 2020 un avenant au Pacte régional pour faire évoluer l'offre de formation vers les priorités définies par les plans de relance national et régional et contribuer au plan "1 jeune, 1 solution" au travers de 8400 parcours supplémentaires pour les jeunes les moins qualifiés ou en décrochage du supérieur grâce à une dotation complémentaire de l'Etat de 58,709 millions d'euros.

L'avenant a élargi  le périmètre du Pacte aux formations sanitaires et sociales pour augmenter le nombre de diplômés dans ce secteur.

La stratégie mise en œuvre s'appuie sur des démarches partenariales comme le Contrat Régional de Filière « métiers de la formation », un soutien à des diagnostics stratégiques et la mise en place d'un programme régional de développement de la Formation à distance (FAD). L’adaptation du Pacte intègre aussi la revalorisation de la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle annoncée dans le cadre de France Relance.

30 % des formations financées par le Pacte sont réorientées vers 19 filières prioritaires économiques et sectorielles.
L’offre de formation cible aussi des filières en reconversion, des secteurs plus stratégiquesou émergents (numérique, énergies alternatives, rénovation des bâtiments, recyclage, gestion de la ressource en eau, cybersécurité…).

Pour répondre à ces nouveaux enjeux de formation, les parcours intégreront de nouveaux modules ou des passerelles facilitant transfert et adaptation de compétences.

Consulter l’avenant

2nd avenant au Pacte régional (février 2022)

Un second avenant signé début 2022 prolonge le Pacte jusqu'au 31 décembre 2023, avec une dotation additionnelle de l’Etat de 23,986 M€ pour 2022. La Région s'est engagée à financer 3 425 parcours supplémentaires et déployer un plan d’action visant à :

  • remobiliser les demandeurs d’emploi de longue durée par l’augmentation des phases préparatoires à la qualification et à l’emploi en lien avec l’accompagnement réalisé par Pôle Emploi.
    De nouvelles places de formation seront ouvertes sur le dispositif Amorces de parcours qui pourra être adapté en fonction des caractéristiques du public visé. Il en sera de même pour l'HSP Socle de compétences.
  • réduire les tensions structurelles de recrutement en augmentant le nombre de places en formations qualifiantes, en finançant de nouvelles formations post-bac pour répondre aux besoins de certaines filières (BTP, industrie), en augmentant les capacités de certaines formations sociales et paramédicales et en proposant des parcours innovants combinant pré-qualification et formation en situation de travail dans l’entreprise.
    Pour encourager les entrées en formation, l'auto-positionnement des candidats en formation a été généralisé et la Région envisage une prime exceptionnelle, complémentaire de la rémunération des stagiaires, pour les demandeurs d’emploi de longue durée accédant à une formation qualifiante sur un métier en tension ;
  • répondre aux difficultés de recrutement par la mise en place, en lien avec Pôle emploi, de formations sur mesure préalables à l’embauche (avec l'accompagnement du stagiaire par l'organisme de formation durant l'acquisition des compétences socles, puis l'accompagnement de l'employeur et du bénéficiaire durant l'Afest), et par l’essaimage des expériences d'Afest, avec notamment un soutien à l'ingénierie et à la formation des tuteurs et aussi une mise en réseau des organismes de formation qui accompagnent les entreprises dans l'Afest ;
  • soutenir l’évolution et la reconversion professionnelle des actifs par l’abondement du CPF des demandeurs d'emploi souhaitant suivre des formations supérieures dans les secteurs en tension, en complémentaitité du PRF (mesure en préparation).
    La Région souhaite, en outre, renforcer son partenariat avec les opérateurs du CEP et Transitions Pro pour soutenir des formations difficilement prises en compte actuellement dans les Projets de Transition Professionnelle.
    Elle accompagnera par ailleurs les projets dans le secteur du sanitaire et social.
    De nouvelles initiatives seront prises pour lever les freins liés aux frais annexes (transport, logement...)

PIC : zoom sur des actions financées en Nouvelle-Aquitaine

Cap Métiers Nouvelle-Aquitaine réalise et met en ligne sur un Scoop it ! des reportages, articles et témoignages sur des initiatives et actions déployées sur le territoire régional.

Nous vous proposons de mettre en lumière des actions financées dans le cadre du PIC en Nouvelle-Aquitaine et notamment :

  • Le projet PAI'R, pour un accompagnement global de la personne réfugiée
  • ImpulseR l'insertion professionnelle des personnes réfugiées
  • Gaïa, lutter contre le chômage en zone rurale
  • Le café des projets
  • Du DIMA à la prépa

Lire les articles

La Place

Espace d’informations, de partages et de collaboration, la communauté régionale est ouverte aux acteurs concernés par les sujets du PIC et désireuses de mieux connaître les innovations portées en région : porteurs de projet, collectivités publiques, opérateurs de l’orientation -– formation - emploi, consultants, chercheurs…

Visionner la présentation de l’espace Pic Nouvelle-Aquitaine

Nous vous invitons à rejoindre la communauté et à participer aux divers groupes d’échanges qui sont proposés.

PIC : Actions et programmes nationaux

Le PIC permet de financer différentes actions ou programmes au plan national ou régional. Cette rubrique en fait la liste, mais la plupart sont désormais clos (dernière mise à jour : 23 mai 2022).

  • Nouvel vague de l'appel à projets Prépa apprentissage 2021 : CLOS(Lire)
  • Appel à projets national « Repérer et mobiliser les publics invisibles et en priorité les plus jeunes d’entre eux à travers des maraudes numériques » : CLOS(Lire)
  • Appel à projets régional 2021 Repérer et mobiliser les publics «invisibles» en Nouvelle-Aquitaine : CLOS (lire)
  • Appel à projets Deffinum (Dispositifs France formation innovante Numérique) : CLOS(Lire).
  • Repérage et mobilisation des publics invisibles - appel à projets Direccte/Dreets. CLOS. (lire)
  • #10Knum, Programme national "10 000 formations aux métiers du numérique" (Lire)
  • Soutien aux démarches prospectives compétences des branches - appel à projets national. CLOS. (Lire)
  • POE collectives dans les métiers du numérique - appel à projets CLOS (Lire)
  • APICN : aide au projet d'inclusion de compétences numériques - expérimentation de Pôle emploi (expérimentation terminée)
  • 10Kverts, Programme national "10 000 formations aux métiers verts et verdissants" (Lire)
  • IAE : accord-cadre national pour la formation des salariés de l'IAE (Lire) et Appel à projets Direccte NA. CLOS. (Lire)
  • 100% inclusion la fabrique de la remobilisation - appel à projets national 3ème vague. CLOS. (Lire)
  • 100% inclusion « Quartiers Prioritaires de la Ville ». CLOS (lire)
  • Recherche sur l’évaluation des programmes 100% inclusion. appel à projets du comité scientifique du PIC. CLOS (Lire)
  • Intégration professionnelle des réfugiés : appels à projets CDC et Pôle emploi (POEC). CLOS
  • Prépa-apprentissage CLOS (Lire)
  • Innover contre l’illettrisme - Région Nouvelle-Aquitaine  - Date limite 27 mai (lire)
  • Afest - Région Nouvelle-Aquitaine : 4 vagues d'instruction sont programmées : 14 mars 2022 - 15 avril 2022 - 3 juin 2022 - 2 septembre 2022  (lire)
  • Fonds régional pour l’innovation - Région Nouvelle-Aquitaine  : Date limite : 15 juin 2022 (lire)

 

Dossiers associés

  • *

    La Place Nouvelle-Aquitaine

    Espace d’informations, de partages et de collaboration, la communauté régionale de "La Place" est ouverte aux acteurs concernés par les sujets du PIC et désireuses de mieux connaître les innovations portées en région.

    Consulter