*

Publics spécifiques

L'insertion professionnelle des réfugiés

Un rapport parlementaire a été présenté en 2018 sur l'intégration professionnelle des nouveaux immigrés. Il formule "72 propositions pour une politique ambitieuse d'intégration des étrangers arrivant en France". Il présente la création d'un parcours complet (formation, emploi, logement) pour les 130 000 personnes qui s'installent chaque année en France et comptent y rester.

Il mentionne l'ajout d'un volet "orientation/insertion professionnelle" dans le contrat d'intégration républicaine (CIR). Dans ce contrat, la personne arrivée en France s'engage notamment à se former au français. Le niveau A2 dit de maîtrise courante serait l'objectif minimum fixé aux étrangers.

Ainsi, une série de mesures ont vu le jour afin d’améliorer l'intégration de ces étrangers et s’articulant autour de 4 axes : apprentissage du français, formation civique, accès à l’emploi et intégration des réfugiés.

Priorités 2022 de la politique d'intégration des étrangers primo-arrivants

Une instruction du 1er février 2022 fixe les grandes orientations de la politique d’intégration des étrangers primo-arrivants, dont les réfugiés, dans la continuité des décisions prises en 2018 et 2019 par le comité interministériel chargé de l’intégration.

Le travail et la formation professionnelle constituent un axe essentiel de cette politique et doit se décliner grâce :

  • à la mobilisation de l'offre de services du SPE pour accompagner les étrangers éligibles vers l'emploi, dans le cadre du droit commun et de la déclinaison de l'accord-cadre entre l'État, l'OFII et les acteurs du SPE,
  • en consacrant a minima 60 % des crédits alloués à la priorité de l’intégration par l’emploi, à des actions d'accompagnement vers l'emploi, d'accompagnement global ou de français à visée professionnelle. Cet objectif n'a pas encore été atteint et devra l'être en 2022. La reconnaissance des compétences, des qualifications et des expériences professionnelles des étrangers éligibles sera aussi activement recherchée ;
  • en traitant les difficultés périphériques rendant plus difficile l'insertion professionnelle des étrangers éligibles, qu'il s'agisse de l'accès aux droits, de la santé ou de la mobilité, dans les délais requis pour éviter toute rupture dans les parcours d'intégration.

L’emploi des femmes doit également faire l’objet d’actions renforcées.

Les actions visant à renforcer les interactions entre les étrangers et la société d’accueil seront soutenues, notamment par des programmes de parrainage et de mentorat

Les préfets doivent nouer avec les collectivités territoriales, qui disposent de compétences clef pour faciliter l’intégration des étrangers présents sur leur territoire, des partenariats forts dans le cadre des Territoires d’intégration. Une gouvernance inclusive sera mise en place pour faciliter la coordination de l’ensemble des acteurs publics et privés de l’intégration des étrangers.

Insertion professionnelle des réfugiés ukrainiens

En réponse à la guerre en Ukraine, le Conseil de l’Union Européenne a décidé d’actionner un dispositif exceptionnel, permettant aux bénéficiaires de la protection temporaire d’avoir une autorisation immédiate de travailler. Cette protection est accordée aux étrangers en provenance d'un pays tiers de l'Union européenne. D'une durée d'un an, le dispositif peut être prolongé de deux ans maximum.

La stratégie du gouvernement pour favoriser l’insertion professionnelle consiste à "renforcer la mobilisation à court et moyen terme" des acteurs économiques et du secteur public. L’objectif est d’assurer l’adéquation entre les besoins des personnes arrivées d’Ukraine et les offres d’emploi ou de formation.

Une feuille de route va être réalisée prochainement autour de trois points :

  • Mobiliser le service public de l’emploi, Pôle emploi et les missions locales et tous les acteurs économiques et utiliser notamment la plateforme parrainage.refugies.info pour mettre en visibilité l’offre de soutien,
  • Mettre en visibilité, faciliter l’accès et renforcer l’offre de formation en lien avec les régions et notamment l’offre de formation linguistique à visée professionnelle,
  • Amplifier les dispositifs de droit commun existants (formation en situation de travail, Contrat d’engagement jeune, contrats aidés, insertion par l’activité économique, etc.) et les adapter ou les compléter pour répondre aux besoins spécifiques des déplacés ukrainiens.

L'Etat annonce la mobilisation du programme Agir (programme d’accompagnement global et individualisé pour l’intégration des réfugiés), qui sera lancé en juin 2022. 

Faciliter l’accès à la formation linguistique des réfugiés ukrainiens

Le Réseau des Carif-Oref (RCO) et la Direction de l’intégration et de l’accès à la nationalité (DIAN) du ministère de l’Intérieur proposent deux traductions, en ukrainien et en russe, du flyer de présentation de la cartographie nationale de l’information sur la formation linguistique.

Ces documents ont pour objet de faciliter la recherche par les réfugiés ukrainiens d’une première formation en français, afin de favoriser leur intégration.

La Commission européenne aide les réfugiés professionnellement qualifiés à accéder à des emplois dans l'Union Européenne

La Commission a publié une recommandation sur la reconnaissance des qualifications universitaires et professionnelles pour les personnes fuyant l'invasion russe de l'Ukraine. Elle fournira aux autorités des États membres des orientations et des conseils pratiques pour garantir un processus de reconnaissance rapide, équitable et souple.

L’Opco EP solidaire du peuple Ukrainien

Sensible à la situation tragique en Ukraine et aux drames humains qu’elle engendre, le Conseil d’administration de l’Opco EP a décidé de prendre toute sa part dans l’accueil des personnes résidant en Ukraine qui viennent se réfugier en France.
L’Opco EP s’appuie sur ses 17 Commissions Paritaires Régionales, mobilisées dans tous les territoires pour faciliter l’accompagnement des branches et des entreprises qui souhaiteraient s’engager à former des réfugiés en s’associant notamment aux acteurs locaux pour apporter des solutions et lever les freins à l’accueil des réfugiés et des jeunes ukrainiens dans le cadre de leur formation initiale.

A ce titre, Opco EP met en œuvre les différents services et dispositifs d’accompagnement permettant de favoriser l’insertion professionnelle des personnes provenant de l’Ukraine.
Il s’agira par exemple pour l’Opco EP de mobiliser plus fortement un programme de type HOPE1, « Hébergement Orientation Parcours vers l’Emploi » (en 2022, les besoins identifiés concernent plus particulièrement les métiers d’assistante de vie aux familles, marbrier et d’aide boulanger) et les dispositifs POE (Préparation Opérationnelle à l’Emploi) et contrats de professionnalisation dans les territoires où seront logés les réfugiés ukrainiens en articulant la proposition de formation et d’emploi à un bilan de positionnement organisé par le guichet unique du service emploi (Pole Emploi, Missions Locales).

D’autres pistes sont à l’étude, comme celles de :

  • sensibiliser les branches professionnelles et les entreprises à cette situation et d’identifier les besoins en recrutement des entreprises du champ de l’Opco EP pouvant s’ouvrir aux compétences des réfugiés ukrainiens. La mobilisation du dispositif Transco dans ce cadre pourrait-être une piste de travail.
  • mobiliser les entreprises d'insertion (structure d'insertion pour l'activité économique), qui se sont engagées à accompagner 10 000 personnes d'ici la fin juin,
  • se rapprocher des associations franco-ukrainiennes pour travailler sur l’identification des compétences et envisager le portage de tiers lieux de formation,
  • mobiliser spécifiquement les fonds de l’Opco EP (Plan de Développement des compétences par exemple) pour soutenir la formation dans le cadre de dispositifs adaptés au public réfugié (Ex : Français langues étrangères, bureautique, permis de conduire, ...),
  • former et mobiliser des traducteurs dont les compétences en langue ukrainienne pourraient-être identifiées dans les entreprises du champ de l’OPCO (mobilisation sous forme de bénévolat mais formation prise en charge par l’entreprise via les fonds PDC de l’Opco EP),
  • en lien avec l’État (programme AGIR du ministère de l’intérieur) et Pôle Emploi, adapter les dispositifs de formation des non-salariés (de manière temporaire) afin d’apporter des solutions de formation immédiates permettant un accès à l’emploi rapide.

Les actions mises en œuvre dans le contexte de la crise ukrainienne ont pour objet de s’adresser à l’ensemble des personnes qui viendraient se réfugier sur le territoire français et pas uniquement aux personnes ayant fui la guerre en Ukraine.                                                                         

Le PIC et son objectif de remobilisation/ remise à niveau et qualification des publics

Depuis son lancement en 2019, le Plan d’investissement dans les Compétences a ouvert la voie à de nombreuses expérimentations, nationales et régionales, renouvelant les approches d’accompagnement et de formation, repensant des modèles de coopérations partenariales entre secteurs de l’insertion/ emploi/ formation dans les territoires, reconnectant les besoins des entreprises avec les compétences mobilisables des publics éloignés de l’emploi…
La Région encourage aussi les innovations en formation et les expérimentations territoriales dans les domaines de l’emploi et de l’orientation.

De l’utilisation de pratiques artistiques pour travailler les compétences transversales, à la construction de « tiny house » pour faciliter l’intégration de publics réfugiés en milieu rural, en passant par des actions de repérage qui s’appuient sur le tissu économique local, des innovations fourmillent partout en Nouvelle-Aquitaine et peuvent désormais compter sur « La Place » pour se développer, s’enrichir et se propager en région et au-delà.

La plateforme « La Place » est une plateforme numérique collaborative portée par le ministère du travail dédiée aux acteurs du PIC dans l’objectif de rendre visible ces expérimentations, de faciliter la mutualisation de pratiques et d’outils, le partage des freins et des réussites.

Sur la Place, chaque région dispose de sa propre communauté. Et la Nouvelle-Aquitaine a, bien entendu, son propre espace d’informations, de partages et d’animations à travers la « communauté PIC Nouvelle-Aquitaine ». Ouverte en avril 2021, les lauréats PIC financés par l’Etat (Prépa Apprentissage, 100% inclusion, Intégration professionnelle des Réfugiés, Repérer et Mobiliser les Publics Invisibles, HOPE) en sont déjà membres (plus de 100 membres actuellement).

Les initiatives emploi/insertion en Nouvelle-Aquitaine (PIC/IPR)

Tous les projets présentés ici ont été retenus dans le cadre de l'APP IPR dans le cadre du PIC et sont à découvrir dans La Place, espace collaboratif régional consacré aux innovations formation/emploi.

Projet "Vivre Ici"

Beaucoup de personnes réfugiées en emploi connaissent des ruptures de contrat au bout de quelques mois, en raison de la barrière de la langue, des différences culturelles ou encore des difficultés en matière de mobilité.

C'est pour leur apporter un accompagnement social et professionnel que le centre de formation PERF de Tarnos anime le programme "Vivre ici".

6 mois pendant lesquels les stagiaires suivent différents modules d'apprentissage du français, de la culture, de découverte des métiers. Selon Cédric Romero, il s'agit surtout de "travailler sur l'autonomie de la personne, et sur son épanouissement".

Un reportage de Cap Métiers à lire dans notre Scoop it ! "Initiatives locales et Paroles d'acteurs".

Projet ImpulseR

S'insérer sur le marché du travail n'est jamais chose facile. Mais pour les personnes réfugiées, les obstacles sont encore plus nombreux. Et pas seulement en raison de la barrière de la langue.

A Bordeaux, l'Atelier Remuménage porte le programme "ImpulseR" au sein d'un consortium de dix structures de l'insertion par l'activité économique. Sa coordinatrice, Louise Malijenovsky, décrit les parcours proposés à tous ces publics dont la priorité est souvent de trouver un travail le plus rapidement possible.
Un reportage de Cap Métiers à lire dans notre Scoop it ! "Initiatives locales et Paroles d'acteurs".

Projet Réagir

Sous l’impulsion de l’INSUP et de l’AFPA, un consortium a été constitué avec des acteurs incontournables de l’accompagnement social, de l’hébergement, de l’orientation, de la formation, de l’insertion et de l’emploi : CAP Métiers, CLAP, COS, FAS, INAE et INTERGEIQ.

Le projet RéAGIR se décline en deux volets étroitement interconnectés.

D’une part des actions de professionnalisation des acteurs impliqués dans l’accompagnement des réfugiés, dans le secteur social ou celui de l’emploi-insertion. Il s’agit de permettre aux acteurs d’un secteur d’élargir leurs connaissances en se sensibilisant au travail de l’autre secteur. Ce volet sera déployé en lien avec les coordinations mises en place par le SGAR en matière d’accès aux droits, au logement, aux apprentissages linguistiques, à la formation et à l’emploi.

Le deuxième volet du projet consiste en un accompagnement global des réfugiés. Chaque participant se voit proposer un parcours sur mesure qui part d’un diagnostic individuel d’employabilité pour aller jusqu’à l’accès à la qualification, l’emploi ou l’entreprenariat. Ce dispositif de développement des compétences s’appuie sur le référentiel et les modules de formation élaborés dans le cadre du projet Erasmus+ DIME.

Le projet prévoit aussi la possibilité d’accéder à une palette conséquente de dispositifs de droit commun : formation professionnelle, accompagnement vers l’emploi, insertion par l’activité économique, etc…

Un référent de parcours accompagne la personne depuis le diagnostic jusqu’à l’emploi, construisant avec elle la trajectoire la plus adaptée, la soutenant dans ses démarches et la positionnant sur des emplois en partenariat avec les nombreux acteurs locaux engagés dans le projet (partenaires associés).

Projet PAI'R

La Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment (membre du consortium du projet) et le centre social du pays de Nexon ont réactivé en 2021 un projet "Terre de rencontres" avec pour objectif de montrer la rencontre entre jeunes ruraux et réfugiés à travers un documentaire.

Une première rencontre s’est déroulée par visio puis une autre sur le site du centre social du pays de Nexon dans le cadre des rendez-vous "Bouge tes jeunes à Chalus", en campagne limousine. Outre la visite du centre social, les jeunes ont pu échanger sur leur parcours et se questionner sur "Pourquoi es-tu parti de chez toi ?".

NP4R de Viltais

Le projet vise à consolider un programme d’accompagnement global vers l’emploi et la formation, visant particulièrement les jeunes de 18 à 25 ans, sur six territoires ruraux.

Ce programme permet :

  • un ancrage existant dans 6 territoires ruraux, avec des besoins en emploi et formation répondant aux attentes des BPI,
  • une connaissance accrue des publics BPI, et notamment des jeunes BPI,
  • une compétence reconnue dans l’accompagnement global des BPI, et notamment vers le logement et l’emploi,
  • une compétence reconnue en formation continue et professionnelle, d’acteurs sociaux et de personnes éloignées de l’emploi,
  • une volonté de coopération avec des acteurs historiques et émergeants dans les départements d’action.

Les publics cibles sont 120 bénéficiaires d’une protection internationale, dont au moins 50% âgés de 18 à 25 ans, résidant dans les départements de l’Allier, la Corrèze, la Creuse, l’Indre, la Nièvre et la Saône-et-Loire.

AERé

L'action de l'association s’appuie sur une plateforme web www.actionemploirefugies.com de diffusion d’offres d’emplois) et le développement des « programmes d’accélération vers l’emploi » dans des secteurs spécifiques, présentant de forts besoins de recrutement des territoires concernés.

Selon leurs besoins, les Bénéficiaires de la Protection Internationale peuvent intégrer l'un des programmes suivants :

  • Programme AVEC (programme d'Accélération Vers l'Emploi et la Carrière)  : consiste en une formation technique qualifiante ou pré-qualifiante avec un accompagnement (cours de français, compréhension du marché du travail, confiance en soi, lien social). Un programme AVEC a été proposé en lien avec les métiers de la vigne à Bordeaux. Un autre s'ouvre le 19 juillet 2021 autour du métier de stratifieur - composite.
  • Programme socle : qui repose sur un accompagnement renforcé à la levée des freins et à l'apprentissage du français. Des ateliers d'aide à la définition d'un projet professionnel peuvent également être proposés (CV / lettre de motivation, comment rechercher un emploi en France, postuler en ligne, appréhension des dimensions administratives et culturelles du monde du travail...).

Maison de l’Emploi du Grand Périgueux

Le projet prévoit la mise en oeuvre de parcours individualisés pour les bénéficiaires d'une protection internationale intégrant un double accompagnement, autour des problématiques sociales et du projet professionnel.

A son entrée dans le dispositif,  un diagnostic social et professionnel est établi par la coordinatrice sociale sur la base d’un document commun : quels sont les besoins et comment vous aider ?
La situation est étudiée par le consortium de partenaires qui intervient sur les problématiques de langue, de mobilité , les troubles psychologiques, de réunification familiale, de santé et le suivi administratif.
Une fois les freins levés, la personne est orientée vers la conseiller en insertion professionnelle : accompagnement aux recherches d’emploi, de formation, réalisation de CV...

« BonjourBonjour » pour la formation en français des réfugiés

Le ministère de l’Intérieur et le réseau des Carif Oref (RCO) proposent un site web et une application mobile, BonjourBonjour, pour permettre aux réfugiés et primo-arrivants de "retrouver facilement, à côté de leur lieu de vie, les formations de français".

Les réfugiés et primo-arrivants peuvent chercher des formations en présentiel ou à distance, à temps plein ou partiel, en ville ou dans un rayon de 5 à 100 km, pour chercher du travail, passer des tests, et des diplômes en français ou être autonome, avec divers choix de niveau linguistique (de A1 à C2).

La recherche peut être réalisée en français, en anglais, en arabe littéral, en dari, en mandarin, en pachto, en russe et en ukrainien.

Ces outils ont également été conçus pour permettre la consultation par les personnes en situation de handicap.

L’application sera disponible avec des smartphones anciens. L’application mobile BonjourBonjour, est téléchargeable gratuitement sur les stores Android et Apple.

Hope, pour intégrer les réfugiés au marché de l’emploi

Le programme Hope porté par l'Afpa permet aux réfugiés de suivre pendant neuf mois une formation professionnelle sur mesure.

Les trois premiers mois sont consacrés à l’apprentissage du français et pendant les six suivants, les réfugiés sont formés à un métier.

L’objectif est de faciliter l’insertion des réfugiés par l’apprentissage d’un métier.

Vidéo 

Cartographie linguistique sur la plateforme Réfugiés.info

Suite à une demande de la Croix rouge française, dans le cadre du projet IPeR-Actifs 21, financé par le Plan d'investissement dans les Compétences, le réseau des Carif-Oref propose désormais d'accéder à l'offre de formation linguistique destinée aux primo-arrivants et aux réfugiés sur la plateforme Réfugiés.info.

Projet collaboratif porté par la DIAIR (Direction interministérielle à l’accueil et à l’intégration des réfugiés) du ministère de l’Intérieur, Réfugiés.info recense les dispositifs d'accompagnement, vulgarise et traduit les démarches administratives et crée des parcours personnalisés d'intégration pour les personnes réfugiées.

Les personnes réfugiées peuvent donc à partir de la plateforme être redirigées vers la cartographie nationale.

La cartographie nationale de l’information sur la formation linguistique, conçue et alimentée par le Réseau des Carif - Oref, pour le compte de la Direction de l’intégration et de l’accès à la nationalité (Dian) du ministère de l’Intérieur a pour objet premier de répondre aux besoins des professionnels de l’écosystème intégration et formation et notamment des différents conseillers présents dans le parcours des primo-arrivants et des réfugiés.

Structurée à partir de la formation prescrite par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) dans le cadre du Contrat d’intégration républicaine (Cir), elle est régulièrement enrichie des offres de formation complémentaires permettant d’articuler les parcours depuis l’intégration jusqu’à la formation tout au long de la vie.

Dans le cadre de l’appel à projet de la Dian intitulé : « Animation, accompagnement et professionnalisation des acteurs de l’écosystème intégration/formation sur le parcours linguistique des primo-arrivants et des réfugiés », le réseau des Carif-Oref s’est engagé dans un projet ayant pour objet :

  • l’actualisation de l'offre de formation linguistique figurant sur la cartographie nationale ;
  • l’élaboration d’une cartographie de l’offre linguistique à destination des primo-arrivants et des réfugiés à l’usage du grand public ;
  • la professionnalisation/sensibilisation des acteurs des champs de l'intégration/formation sur le parcours linguistique des primo-arrivants et des réfugiés.

Cette vidéo animée explique de manière détaillée et avec des mots simples ce que les primo-arrivants et les réfugiés pourront trouver dans la cartographie nationale de l’information sur la formation linguistique, comment et quoi rechercher en fonction de leurs besoins.

Vidéo 

Pour aller plus loin : le parcours linguistique des primo-arrivants

Dans le cadre de l'appel à projet de la Direction de l’intégration et de l’accès à la nationalité (Dian), le Réseau des Cariforef anime, accompagne et professionnalise les acteurs de l’intégration et de l’insertion des primo-arrivants et des réfugiés.

Dans ce cadre, le Cariforef des Pays de la Loire organisait, le 23 septembre 2021, un webinaire présentant les dispositifs mis en œuvre dans le parcours linguistique des primo-arrivants.

Vidéo