*

Les 3èmes Journées Vincent Merle – 14 et 15 juin 2022

La troisième édition des Journées Vincent Merle (JVM) se tiendra les 14 et 15 juin 2022 au Centre régional Vincent Merle (Pessac).

Le programme de ces journées sera construit autour du thème « L’entreprise formatrice dans tous ses états ».

Coordonné par Cap Métiers Nouvelle-Aquitaine, cet événement s’adresse à un large public : décideurs, chercheurs et opérateurs de l’éducation, de la formation, de l’orientation et de l’emploi.

>>> Les inscriptions sont ouvertes

 

L’entreprise formatrice dans tous ses états : Editorial

Au tournant des années 1960-1970, « l’éducation permanente » est devenue un grand récit politique porté par des organisations internationales, notamment l’UNESCO.
En France, l’accord national interprofessionnel du 9 juillet 1970, fruit d’une négociation collective (sous pression du gouvernement), retranscrit (et élargi) dans la loi du 16 juillet 1971, a marqué une étape majeure dans le développement de la formation professionnelle continue (FPC).
A l’époque, l’expression d’ « entreprise formatrice » n’était pas utilisée et aurait semblé décalée pour plusieurs raisons. Dans la logique de l’éducation permanente, c’est la forme scolaire (le stage de formation) qui était alors privilégiée au détriment des apprentissages en situation de travail. Seules les entreprises de 10 salariés et plus relevaient du fameux « 1% formation », institué par la loi de 1971.
Cette obligation de dépenser pour la FPC cette fraction de leur masse salariale ne les contraignait pas nécessairement à former chaque année certains de leurs salariés. Ainsi, elles pouvaient se « libérer » de l’obligation en versant tout ou partie des sommes dues à des fonds de mutualisation et, en dernier ressort, au fisc. Nombre de PME abondaient d’autant plus ces fonds, constitués au niveau des branches et secondairement des territoires, que les normes légales – formation en dehors du temps de travail, mobilisation de moyens spécifiques en vue de réaliser un programme préétabli – pouvaient les décourager de s’engager dans la construction de leur propre plan de formation.
Souvent décriés, ces fonds ont connu plusieurs « rationalisations » de leurs périmètres et de leurs compétences imposées par le législateur, la dernière datant de 2018 avec la création des opérateurs de compétences (OPCO).

Les dimensions collectives du recours à la formation comptent d’autant plus que, depuis 50 ans, les règles du jeu résultent de lois dites « négociées » parce que précédées par des accords interprofessionnels, eux-mêmes relayés par des accords de branche et d’entreprises. De longue date, cette dynamique s’est complexifiée avec la contractualisation et la décentralisation de l’action publique. La première a diversifié les regroupements d’employeurs éligibles : outre la branche, des sous-secteurs, des regroupements territoriaux, des réseaux donneurs d’ordre – sous-traitants etc. La seconde a durablement installé les Régions dans les configurations de référence.

A l’origine, les plans de formation des entreprises, éventuellement soutenus par des fonds de mutualisation, étaient censés favoriser le développement des qualifications des salariés au sein de marchés internes du travail, encadrés par des règles propres à la branche d’appartenance. Tant du point de vue des normes que des pratiques, les évolutions ont été sensibles. La référence montante aux compétences a diversifié la conception d’une action de formation en entreprise : pas nécessairement pendant le temps de travail, parfois co-financée par le salarié, possiblement réalisée en situation de travail, articulée à une éventuelle mobilité externe, par exemple en cas de restructuration. Le référentiel, aujourd’hui prédominant, de « la formation tout au long de la vie », est à la fois un vecteur et une traduction de cette souplesse normative croissante. En outre, à compter de 1983, lois et accords collectifs se sont saisis de la formation des jeunes et, plus récemment et modestement, de la sécurisation des parcours professionnels. Est en jeu une redéfinition du partage de responsabilités entre employeurs, salariés et pouvoirs publics dans le cadre d’une individualisation croissante des droits que symbolise la création du compte personnel de formation (CPF), sur fond de fortes inégalités d’accès à la FPC.

Lors de ces troisièmes Journées Vincent Merle, les enjeux relatifs à « l’entreprise formatrice dans tous ses états » seront abordés à diverses échelles, du territoire à l’Europe, notamment autour des questions suivantes :

  • Les politiques de formation d’entreprises peuvent-elles concilier égalité(s) et compétitivité(s) ?
  • Quelle reconnaissance des formations tant du point de vue des entreprises que des salariés et des formateurs ?
  • Comment s’articulent les interventions des branches et des territoires ?
  • Quelle prise en compte des besoins spécifiques au sein des organisations publiques et de l’économie sociale et solidaire ainsi que des très petites entreprises ?

Avec la crise sanitaire, le télétravail s’est fortement développé tout comme l’usage du numérique en formation tant initiale que continue. Ces dimensions seront sans doute aussi présentes dans les réflexions et débats sur « l’entreprise formatrice ».


Pour le Comité scientifique, les co-présidents :

Éric Verdier
Directeur de recherche émérite CNRS au Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST), Aix-Marseille Université
Frédéric NEYRAT
Professeur de sociologie à l’Université de Rouen Normandie.

Consulter le programme

Aperçu du programme

Première journée

Les Journées Vincent Merle commenceront par une conférence introductive de Bénédicte Zimmermann : "Entreprise formatrice et capacité d'agir des salariés. Une comparaison franco-allemande".

La conférence sera suivie par deux tables rondes, puis de plusieurs ateliers :

Table-ronde 1 - L’entreprise formatrice : au-delà de la forme scolaire ?
Table-ronde 2 - Politiques publiques et actions collectives à l’épreuve des usages de la formation continue dans les petites entreprises

Atelier - Les modèles d’écoles et de campus d’entreprise : dans l'espace (des activités) et dans le temps
Atelier - Les actions de formation en situation de travail : une alternative au stage et à la formation informelle ?
Atelier - La branche à l’initiative ou en soutien aux entreprises
Atelier - L’action publique : accompagner et/ou impulser des initiatives ?


Deuxième journée

La deuxième journée débutera par une table ronde, suivie de deux ateliers :

Table-ronde - D’autres types d’entreprises ou d’organisations formatrices : enjeux et perspectives

Atelier - Quelle formation possible pour les (auto)entrepreneurs, (faux) indépendants, sous-traitants ?
Atelier  - L’Hôpital, le management public et le recours à la formation continue

Les journées se termineront par une conférence de clôture de Barbara STIEGLER "Former, enseigner, adapter – La formation des soignants tout au long de la vie".

Consulter le programme complet

Comité scientifique

Le Comité scientifique des Journées Vincent Merle

Présidé par Frédéric Neyrat et Éric Verdier


Thierry Berthet
Directeur du LEST (Laboratoire d’économie et de sociologie du travail), Aix-Marseille Université

Isabelle Houot
Maître de conférences en sciences de l'éducation, Université de Lorraine

Alain Jeannel
Professeur émérite en sciences de l’éducation de l’Université de Bordeaux – Réalisateur-Producteur Cinéma et Télévision

Nathalie Lamuela
Responsable de pôle – Direction appui aux professionnels – Cap Métiers Nouvelle-Aquitaine

Frédéric Neyrat
Professeur de sociologie à l’Université de Rouen Normandie

Robert Pierron
Délégué régional Nouvelle-Aquitaine de l’Association française pour le développement de l’enseignement technique (AFDET)

Régis Roussel
Responsable "Europe" & "Politiques régionales" chez Centre Inffo

Sébastien Thierry
Directeur adjoint de l’Agence Erasmus + France

Éric Verdier
Directeur de recherche émérite CNRS au LEST (Laboratoire d’économie et de sociologie du travail), Aix-Marseille Université

Josiane Véro
Ingénieure de recherche au Département Formation et Certification du Céreq


Coordination Cap Métiers Nouvelle-Aquitaine

Olivier Maurice
Directeur de la communication et attractivité des métiers

Stefania Parello
Chef de projet Direction des services aux professionnels

 

Dossiers associés

  • *

    Les 2es Journées Vincent Merle - 22 et 23 janvier 2019

    Consulter
  • *

    Les 1res Journées Vincent Merle - 17 et 18 janvier 2017

    Consulter