*

Contrat régional de filière - Métiers de la production agricole et des aménagements paysagers

Les Contrats Régionaux de Filière visent à accompagner le développement des filières économiques stratégiques de la Nouvelle-Aquitaine dans leurs aspects Orientation Formation Emploi.

Le 12 avril 2019, un nouveau contrat a été adopté par l’Etat, la Région Nouvelle-Aquitaine et les organisations professionnelles, consacré aux métiers de la production agricole et aux aménagements paysagers de Nouvelle-Aquitaine.

Le champ d’application du Contrat Régional de Filière concerne plus de 126 000 emplois en Nouvelle-Aquitaine soit 5,5% de l’emploi total régional.

Métiers-Secteurs : le périmètre du contrat régional de filière

Le contrat concerne les métiers et professions suivants :

  • Agriculteurs sur exploitation de céréales-grandes cultures
  • Agriculteurs sur exploitation sans orientation dominante
  • Conducteurs d’engin agricole ou forestier
  • Contremaîtres et agents d'encadrement (non cadres) en agriculture, sylviculture
  • Eleveurs d’herbivores
  • Eleveurs de granivores et éleveurs mixtes
  • Entrepreneurs de travaux agricoles à façon, de 0 à 9 salariés
  • Entrepreneurs en parcs et jardins, paysagistes
  • Ingénieurs et cadres d'étude et d'exploitation de l’agriculture, la pêche, les eaux et forêts
  • Jardiniers
  • Maraîchers, horticulteurs
  • Ouvriers de l'élevage
  • Ouvriers du maraîchage ou de l’horticulture
  • Ouvriers de la viticulture ou de l’arboriculture fruitière
  • Ouvriers agricoles sans spécialisation particulière
  • Techniciens d'étude et de conseil en agriculture, eaux et forêt
  • Techniciens d'exploitation et de contrôle de la production en agriculture, eaux et forêts
  • Viticulteurs, arboriculteurs fruitiers


Les principaux secteurs dans lesquels sont exercés ces métiers

  • Production animale : Bovins (viande, lait), ovins, caprins, porcins, volailles, chevaux et autres équidés, autres animaux
  • Cultures permanentes : Vigne, fruits à pépins et à noyau, autres fruits d’arbres ou arbustes et fruits à coque, plantes à épices, aromatiques, médicinales, pharmaceutiques, agrumes…
  • Cultures non permanentes : Céréales (sauf riz), légumineuses et graines oléagineuses, légumes, melons, racines et tubercules, tabac, autres cultures non permanentes
  • Services d’aménagement paysager : Plantation, soins et entretien de parcs et jardins, ainsi que de verdure, plantations pour la protection contre le bruit, le vent, l'érosion, la visibilité et l'éblouissement
  • Culture et élevage associés : Production combinée de produits végétaux et de produits animaux sans spécialisation de la production dans les produits végétaux ou dans les animaux.

Les enjeux sur les champs de l’orientation, de la formation professionnelle et de l’emploi

L’agriculture souffre d’un manque d’attractivité fragilisant certaines exploitations, par le manque de salariés et/ou de repreneurs.

La structuration de la main d’oeuvre sur les exploitations évolue fortement, le nombre de chefs d’exploitants tant à diminuer mais la demande en salariat augmente notamment pour remplacer en partie la main d’oeuvre familiale. Ces salariés sont amenés à assurer des travaux spécifiques ou des travaux polyvalents, exigeant un certain niveau de maîtrise. De plus en plus, les exploitations font appel à de la prestation pour les travaux agricoles requérant, elle aussi du salariat.

Ces difficultés de recrutement peuvent constituer un frein pour le développement de nouvelles activités ou pour le maintien de certaines.

Il est nécessaire de recruter de nouveaux actifs en dehors de la population agricole voire de la ruralité, et de réaliser un travail sur une image juste des métiers et sur leur valorisation.
Devant l’hétérogénéité de ces nouveaux publics, les enjeux d’orientation scolaire et professionnelle deviennent cruciaux dès le plus jeune âge à partir du collège.
Si elle est assez développée dans les aménagements paysagers, la voie des contrats en alternance en production agricole doit continuer à être développée en Nouvelle-Aquitaine. Les signataires s’accordent sur la nécessité de promouvoir cette voie auprès des publics et de créer des conditions plus favorables à son développement.

L’investissement des professionnels auprès de la Région, en matière d’information sur les métiers, est nécessaire à la fois pour fonder une stratégie de communication positive partagée en direction du grand public et doter les professionnels de l’orientation en ressources adaptées aux différents publics.

Ce contrat régional de filière engage donc les signataires autour des enjeux suivants :

  • L’élaboration d’une stratégie commune de communication et d’information sur les métiers afin d’accroître leur attractivité.
  • La réflexion partagée sur les besoins en formation professionnelle en tenant compte des caractéristiques des différents publics, des besoins des entreprises et en cherchant à anticiper les effets des transformations en cours.
  • La mise en cohérence des différentes voies de formation au travers d’un dispositif partenarial et global permettant la sécurisation des parcours des apprenants et en satisfaisant au mieux les besoins des entreprises.
  • La coordination des approches et interventions visant à faciliter le recrutement des entreprises, la fidélisation et la formation de leurs salariés.


Il vise prioritairement à :

  • Mener une communication positive sur les métiers et les formations de la filière, d’attirer de nouveaux candidats et de renouveler les actifs du secteur.
  • Anticiper les conséquences des transitions et transformations en cours sur l’évolution du contenu des métiers.
  • Adapter la formation des salariés et futurs salariés permanents aux nouvelles organisations de travail.
  • Mettre en cohérence les différents dispositifs de formation pour mieux accompagner les politiques régionales de soutien à l’installation et à l’entreprenariat.
  • Renforcer la professionnalisation des dirigeants et futurs dirigeants des entreprises vers de nouveaux enjeux stratégiques.
  • Sécuriser la réalisation des travaux saisonniers et les parcours des personnels saisonniers.

Le portrait statistique des métiers de la filière - Analyse de l'OREF

Dans le cadre du Contrat régional de la filière, l'OREF (Observatoire régional emploi formation) de Cap Métiers Nouvelle-Aquitaine a réalisé un portrait statistique des métiers, qui met notamment en exergue la baisse tendancielle assez marquée des emplois non-salariés que ne compense pas la hausse des emplois salariés, la progression des recrutements de court terme incluant de très nombreuses embauches saisonnières, l’identification de métiers à enjeux du fait des besoins à venir et des difficultés à recruter certains profils : ouvriers polyvalents qualifiés, viticulteurs, maraîchers, éleveurs, conducteurs d’engins.

Le secteur des aménagements paysagers connaît, lui, des tensions internes et un turn-over important, de par la concurrence de l’emploi indépendant et aussi de l’emploi public, qui pénalise le développement du salariat et la fidélisation des personnels, notamment ceux formés par la voie de l’alternance..

Sur les 126 500 salariés travaillant dans le périmètre du CRF, 28 % sont des femmes, 18 % ont moins de 25 ans et  27 % ont plus de 50 ans.

Plus de 21 % de ces salariés exercent dans le département de la Gironde.

S’agissant des entreprises de cette filière, les résultats de la dernière enquête sur la structure des exploitations agricoles montrent une chute notable de leur nombre entre 2010 et 2016, plus marquée dans l’élevage, en particulier en bovins lait ou mixte et en volailles et porcs.

En termes de perspectives d’emploi, près de 57 000 recrutements sont prévus en 2019, particulièrement sur les métiers fortement saisonniers d’ouvriers de la viticulture ou de l’arboriculture fruitière et d’ouvriers agricoles sans spécialisation particulière, qui regroupent 65 % des projets d’embauches sur le périmètre de la filière.

En 2016, on comptait en région près de 4 300 personnes suivant une formation à ces métiers par voie scolaire et plus de 2 700 par apprentissage, du niveau V au niveau I.

S’agissant de la formation tout au long de la vie, la Région Nouvelle-Aquitaine finance des actions au titre du PRF et du PIC pour des certifications de niveau V et IV.
En 2018, 2 060 places de formations relevant du périmètre du contrat de filière ont été ouvertes aux demandeurs d’emploi, dont 530 places PIC.

L’insertion professionnelle à court terme des sortants des CFA de Nouvelle-Aquitaine, peut être qualifiée de bonne en 2018 sur les spécialités de formation « Agriculture, pêche, forêts » (taux d’emploi de 72 % sur l'ensemble). Elle peut varier selon les certifications et est plus favorable sur les niveaux plus élevés (IV et III).

55 candidats ont présenté une certification du secteur agricole devant un jury VAE en Nouvelle-Aquitaine en 2017, soit 15 % des candidats présentés en France entière sur ces certifications. 32 personnes ont été admises, soit 13 % des candidats admis en France entière à la VAE sur une certification du secteur agricole.

Documents de référence

 

Dossiers associés

  • *

    Agriculture, sylviculture, mer

    Ce dossier rassemble des données régionales sur cette grande famille de métiers.

    Consulter