Missions des associations Transitions Pro proposées comme CPIR par les partenaires sociaux

Formation tout au long de la vie

Missions des associations Transitions Pro proposées comme CPIR par les partenaires sociaux

Les partenaires sociaux se sont accordés, dans le cadre d’un ANI en cours de signature, pour créer une commission paritaire interprofessionnelle dans chaque région, qui viendraient en substitution des actuels Fongecif et prendraient le nom de «Transitions Pro», suivi du nom de la région considérée.

Sous réserve de leur agrément par l’Etat, ces associations paritaires assureraient les fonctions dédiées par la loi aux CPIR : instruction des demandes de prise en charge projets de transition et de reconversion professionnelle (CPF de transition et projets des salariés démissionnaires). Certaines catégories d'actions et de publics pourraient être prioritaires.
Elles contrôleraient la qualité des formations dispensées dans le cadre d’un projet de transition et assureraient le paiement des frais des formations correspondantes.

Elles assureraient le suivi de la mise en oeuvre du CEP dans leur région et le partage d’expériences et de pratiques des opérateurs. Elles informeraient le public sur ce dispositif.  

Elles réaliseraient l'analyse des besoins en emploi, en compétences et en qualifications sur leur territoire et l'élaboration de partenariats régionaux permettant l'élaboration et la mise en oeuvre des parcours professionnels.

Elles seraient également chargées du déploiement des certifications paritaires interprofessionnelles, et notamment CléA. Dans ce cadre, elles pourraient organiser et tenir les jurys paritaires de validation en région, délivrer les certifications et habiliter, si besoin, des organismes formateurs en complément des habilitations nationales.

Ces associations seraient coordonnées par l’Association nationale pour la certification paritaire interprofessionnelle et l’évolution professionnelle, qui serait dénommée « Certif Pro ».

A noter parmi ses missions : la cohérence des critères et des process de prise en charge des projets de transition et de reconversion, la mise en place d’un système d’information commun et d’une méthodologie commune de suivi du CEP, la coordination des pratiques de contrôle de la qualité des formations et des actions de positionnement préalable ainsi que le pilotage et l’évaluation de l’expérimentation sur la VAE (VAE de blocs de compétences).

Ajouter un commentaire sur le site