*

Contrat régional de filière - Métiers de la formation 2020-2023

Les Contrats Régionaux de Filière visent à accompagner le développement des filières économiques stratégiques de la Nouvelle-Aquitaine dans leurs aspects Orientation Formation Emploi.

Le 5 octobre 2020, un nouveau contrat a été soumis à la signature de l’Etat, la Région Nouvelle-Aquitaine et les organisations professionnelles, consacré aux métiers de la formation en Nouvelle-Aquitaine.

Le champ d’application du Contrat Régional de Filière concerne plus de 7 300 organismes de formation en Nouvelle-Aquitaine et près de 13 000 formateurs.

Le contexte

Depuis quelques années, les organismes de formation sont appelés à repenser leur ingénierie au service de la construction, de l’individualisation et de l’accompagnement des parcours. La nouvelle certification Qualiopi vient renforcer cet impératif.

Ils doivent également de plus en plus intégrer de nouvelles approches comme la digitalisation ou la situation de travail (AFEST). Les pratiques liées au numérique transforment autant les pédagogies que le fonctionnement des structures de formation, les poussant à faire évoluer leurs offres suivant un processus d’amélioration continue.

En 2020, la crise sanitaire a frappé l’ensemble de la filière et particulièrement touché les publics les plus fragiles. Elle a été un accélérateur dans la mise en place nécessaire des formations distancielles et l’utilisation des nouvelles techniques de communication et d’information.

Un contrat régional fédérant un large partenariat

L’Etat, la Région, les autorités académiques et une dizaine d’autres financeurs et de représentants d’organismes de formation (Pôle emploi, AKTO, AFPA, FFP, SNOF, Réana, Chambres consulaires, MFR, Cap Métiers) ont voulu signer un contrat régional de filière « Métiers de la formation » pour favoriser le décloisonnement des intervenants, en multipliant les partenariats entre les organismes de formation, les prescripteurs et les acteurs de l’orientation et du conseil.

C’est une condition nécessaire pour assurer la cohérence et la lisibilité de l’offre de formation professionnelle. Leur volonté est également de placer les usagers au centre de la stratégie de formation, notamment en facilitant leur accès à la connaissance des dispositifs et en les associant aux phases de conception, de suivi et d’évaluation des formations.


Les signataires ont distingué 4 axes de travail principaux :

  • Construire et accompagner une stratégie commune de professionnalisation des acteurs de la formation
  • Accompagner les mutations et transformations des organismes de formation professionnelle
  • Développer un système de veille et de prospective permettant d’anticiper les évolutions et de s’adapter aux besoins des publics
  • Capitaliser et diffuser les enseignements et les pratiques issus des innovations et expérimentations.

Pour chacune de ces thématiques, un groupe de travail a été constitué afin de proposer la mise en œuvre d’actions, en prenant le cas échéant appui sur les préconisations de la commission « formation » du CREFOP. 

Construire et accompagner une stratégie commune de professionnalisation des acteurs de la formation

En lien étroit avec Cap Métiers, ce groupe de travail a pour objet d’enrichir le plan de professionnalisation et de développement des compétences, en augmentant le nombre de sessions, en facilitant l’accès aux professionnels issus des territoires enclavés et en modernisant les contenus et les modes de mise en œuvre de la formation.

Il proposera également des formations à l’ensemble des équipes d’une structure ou de réseaux sur des sujets comme l'évolution des publics, les mutations dans les méthodes d'apprentissage, les changements de l'environnement ou les modifications de postures professionnelles.
 
Une meilleure articulation avec les formations proposées par l’enseignement supérieur et le Centre Académique de Formation Continue sera recherchée, notamment en mesurant l’évolution de l’offre de formation par la voie de l’alternance, et en facilitant la complémentarité des programmes de professionnalisation généralistes (Cap Métiers, AKTO) et des programmes complémentaires plus spécialisés (Centre Ressource Formation Handicap par exemple).

En matière de handicap, l’objectif est d’intégrer dans les formations généralistes une sensibilisation des formateurs aux questions d’accessibilité et de compensation, et une information sur l’offre proposée par le Centre Ressource Formation Handicap. Les cahiers des charges des formations de formateurs achetées par la Région devront comporter des clauses sur les mêmes sujets.

Accompagner les mutations et transformations des organismes de formation professionnelle

Ce groupe sera chargé des actions d’accompagnement du changement, du recensement des besoins à l’évaluation des résultats. Il pilotera le lancement d’un dispositif d’accompagnement au changement à destination des organismes de formation et des professionnels de la formation (stratégie des structures, nouvelles modalités comme le distanciel ou l’AFEST.) Les bonnes pratiques seront intégrées dans les cahiers des charges (reconnaissance du coût/valeur des pédagogies et accompagnements innovants, prise en compte des recommandations du CNEFOP concernant les modalités d’achat)

Un programme régional de développement de la formation à distance sera mis en place afin de permettre l’intégration de cette modalité pédagogique dans la stratégie de développement de l’organisme de formation et l’analyse des besoins. Il s’appuiera sur un dispositif de financement des phases de conception des scenarii et d’outils pédagogiques.

Développer un système de veille/prospective pour anticiper les évolutions et s’adapter aux besoins des publics

En lien avec Cap Métiers, ce groupe est chargé d’orienter les travaux visant à documenter et à analyser les évolutions et les mutations du secteur, afin de disposer d’un outil de veille et de prospective des organismes de formation, ainsi que d’un observatoire régional de l’offre de formation et de la filière économique « formation » et d’une carte évolutive des dispositifs existants.

Capitaliser et diffuser les enseignements et les pratiques issus des innovations et expérimentations

Ce groupe de travail sur l’innovation et l’expérimentation contribuera à la rédaction et la validation des appels à projets (thèmes, modalités, calendriers, etc.), ainsi qu’à la mise en place des dispositifs d’évaluation et de capitalisation des projets qui devront viser la transférabilité et le déploiement des expérimentations.

Par ailleurs, il conduira des travaux de veille, d’analyse et de partage des enseignements des expérimentations, et pourra formuler des préconisations notamment en matière de mise en réseaux d’acteurs. Un recensement des moyens et formes de communication (existants ou à créer) portant sur les résultats des expérimentations sera réalisé. Le partage d'expériences entre les acteurs régionaux pourra se faire par le biais de plateformes en ligne de curation telles que la rubrique "Initiatives locales et paroles d’acteurs » sur le site internet de Cap Métiers et le site LA PLACE. Le rapprochement avec les acteurs de la recherche, de la EdTech et de la formation initiale est encouragé.

Le groupe mettra en place un réseau coopératif ouvert aux professionnels de la formation pour favoriser les échanges entre pairs, la diffusion des innovations et faciliter la prise d’initiatives.