Les jeunes veulent un travail émancipateur et riche de sens

Emploi et insertion professionnelle

Les jeunes veulent un travail émancipateur et riche de sens

Bien que la jeunesse se heurte aujourd’hui à la problématique de l’insertion dans l’emploi, elle est soucieuse de la qualité de vie au travail. C’est ce qui ressort des contributions recueillies par le Conseil Economique, Sociale et Environnemental (CESE) pour répondre à la saisine gouvernementale sur "les jeunes et l’avenir du travail".

Dans son avis remis le 27 mars 2019, le CESE présente un constat nuancé sur la situation et les aspirations des jeunes dans le monde du travail. Face à la dégradation du marché de l'emploi, aux ruptures technologiques et aux mutations organisationnelles et écologiques, la jeunesse se préoccupe de l'avenir du travail et y attache beaucoup de sens.

Dans cet avis, le Conseil fait des propositions pour promouvoir une autre vision du travail afin de construire la société de demain.

Il recommande aux employeurs de prioriser les embauches en CDI et de limiter le recours aux contrats courts.
Il les invite également à mettre en place, dans leur management, un accompagnement des salariés dans le développement de leurs compétences, en particulier en début de vie active.

Le CESE énonce des mesures visant à permettre aux jeunes d’accéder à une qualification.
Il préconise notamment d’'élargir les conditions d'accès à la garantie jeunes ou encore d’ouvrir le CPF aux primo-demandeurs d’emploi ou primo créateurs d’activité en les dotant d’un capital initial d’amorçage.

Le CESE recommande que les diverses formes d’engagement des jeunes soient reconnues comme une expérience professionnelle. Il souhaite le renforcement des droits individuels, dans le cadre du compte personnel d’activité, pour sécuriser les parcours professionnels.

Le CESE propose la création d'un dispositif de découverte d’un métier, en situation réelle, destiné à des jeunes de moins de 30 ans, afin de les aider à forger ou à valider leur choix d'orientation professionnelle. Ce dispositif permettrait aux entreprises d’accueillir ces jeunes pour une période d’observation limitée à cinq jours.

Le Conseil propose enfin de développer les contrats de transition écologique en y incluant une dimension d'accompagnement des jeunes dans l'emploi et d'associer les salariés et leurs représentants par la consultation du comité social et économique sur la stratégie et le suivi de la démarche RSE (responsabilité sociale des entreprises) de l'entreprise.

Voir toutes les propositions du CESE 

Ajouter un commentaire sur le site