L’innovation au quotidien en Nouvelle-Aquitaine

Entreprise et aides aux employeurs

L’innovation au quotidien en Nouvelle-Aquitaine

L’innovation est aujourd’hui largement reconnue comme étant un facteur clé de la compétitivité des entreprises, en particulier dans les secteurs marchands très concurrentiels. Sa mise en œuvre concrète dans les établissements reste méconnue, surtout pour les PME.

Pour mieux appréhender la réalité en Nouvelle-Aquitaine, la Direccte a réalisé une enquête auprès d’établissements de 6 à 249 salariés. Outre les activités de développement, financières et commerciales, de la recherche et développement (R&D) à la formation en passant par la veille technologique ou le marketing, la gestion des ressources humaines et plus largement des compétences sont nécessaires pour innover.

Les compétences peuvent être individuelles mais aussi collectives. Les établissements ont été interrogés sur la base du «triptyque de la compétence» qui distingue trois grands types de compétence individuelle : le «savoir théorique» qui correspond aux connaissances explicites détenues par la personne, le «savoir-faire» qui se rattache aux tours de mains et savoirs opérationnels souvent tacites et incorporés dans les mains et cerveaux des salariés et enfin le «savoir-être» qui se manifeste dans les comportements et les attitudes de la personne au travail.

Ce sont les compétences opérationnelles ou «savoir-faire» qui prédominent pour innover, avec près de la moitié des établissements qui les citent contre seulement 25 % pour les deux autres types de compétences individuelles, le savoir-être et les savoirs théoriques. Mais cet élan pour innover peut être freiné par l’aspect «coûts» et les difficultés pour trouver du personnel qualifié.

Trois quarts des établissements ont mentionné les coûts de l’innovation trop importants comme un frein et près des deux tiers des établissements ont des difficultés à acquérir un personnel qualifié. Ce sont les établissements de taille moyenne qui déclarent le plus être freinés par le manque de personnel qualifié.

Lire la publication

Ajouter un commentaire sur le site