Des besoins de compétences pour l’intelligence artificielle et le Cloud

Compétences et besoins de l'économie

Des besoins de compétences pour l’intelligence artificielle et le Cloud

Dans le cadre du plan France 2030, le Président de la République souhaite disposer de solutions numériques de confiance et performantes avec une capacité à former les talents de demain.

Ces objectifs ont conduit la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et le secrétaire d’Etat en charge de la Transition numérique et des Communications électroniques à ouvrir une nouvelle phase de la stratégie nationale en matière d’Intelligence Artificielle (IA) début novembre 2021.

Il s’agit d’un enjeu décisif pour permettre à la France de peser dans le paysage mondial de l’IA et de renforcer l’attractivité du secteur, à l’heure de la pénurie des compétences dans le numérique.

Parmi les objectifs clés, on notera de faire monter les actifs en compétences, faire de la France un leader dans les domaines de l’IA embarquée et de l’IA de confiance et accélérer le déploiement de l’IA dans l’économie.

Plusieurs mesures seront prises à l’horizon 2025 et notamment :
  • Former et financer une cible d’au moins 2000 étudiants en DUT / licence / licence pro, 1500 étudiants en master et 200 thèses supplémentaires par an
  • Placer au minimum 1 établissement d’excellence dans les meilleurs rangs internationaux.
Les principales mesures envisagées au-delà de l’effort en matière de formation :
  • Un investissement massif dans les nouvelles générations d’IA embarquée, IA responsable et de confiance et les plateformes de développement des logiciels, modèles et applicatifs d’IA y compris en open-source ;
  • L’accompagnement de 500 PME et ETI dans l’adoption et l’usage des solutions d’IA ; Tripler d'ici à 2025 le nombre de start-ups en IA …
En savoir plus sur la stratégie nationale d’intelligence artificielle

A noter également le plan industriel de soutien à la filière Cloud française présenté aussi en novembre, qui indique que les talents et la formation représentent un enjeu majeur pour répondre au besoin de personnel qualifié des fournisseurs de services Cloud ou pour faciliter l’adoption du Cloud chez les utilisateurs.

30 M€ seront ainsi consacrés à la mise en place de nouvelles formations initiales et continues et feront l’objet d’un appel à manifestation d’intérêt spécifique.

Ajouter un commentaire sur le site