Des formations aux métiers du Grand Age pour les demandeurs d’emploi et salariés en reconversion

Compétences et besoins de l'économie

Des formations aux métiers du Grand Age pour les demandeurs d’emploi et salariés en reconversion

50 190 demandeurs d’emploi ont été recrutés en 4 mois sur des missions d’accompagnement aux personnes âgées en EHPAD et dans les services à domicile, principalement sur les métiers d’aide à la personne.
Afin d’amplifier cette dynamique et répondre aux besoins, le ministère chargé des affaires sociales et la DGEFP proposent : 
  •  l’exemple d’un schéma général de formations courtes visant à former des demandeurs d’emploi, ou des salariés en reconversion professionnelle, n’ayant pas les prérequis aux métiers d’accompagnement des personnes âgées ; 
  •  des dispositifs permettant de construire des parcours professionnels afin de fidéliser les personnes ainsi recrutées.

Une gouvernance concernant les recrutements dans le secteur du grand âge a pu être mise en place en place au niveau local prenant en compte les besoins des employeurs, et réunissant la Région, les Départements, les OPCO et le SPE. Son rôle est :
  • d’identifier les besoins de recrutement ;
  • d’identifier les demandeurs d’emploi, ou les personnes en reconversion, susceptibles d’être orientés vers ces secteurs ;
  • d’identifier les formations répondant au schéma général proposé, susceptibles d’être mobilisées ou de définir des formations ad hoc au niveau local pour des groupes définis de demandeurs d’emploi ou de salariés en reconversion professionnelle 
  • d’identifier et de trouver des solutions concernant les freins à l’emploi (mobilité, connaissance du secteur, définition de formation ad hoc, etc.).
Les formations courtes proposées (6 semaines avant l’embauche) sont professionnalisantes, sans vocation à être certifiantes. Selon les situations et les territoires, les recrutements par les employeurs peuvent être réalisés avant le démarrage de la formation (promesse d’embauche) ou après celle-ci.
Il s’agit pour les personnes formées d’acquérir en établissement de formation, des connaissances et des capacités minimales suivies de séquences de mises en pratique, dans le cadre d’un compagnonnage réalisé par un professionnel désigné par l’employeur.

A l’issue de cette formation et au vu de l’évaluation des séquences pratiques, une attestation de formation serait délivrée par l’organisme de formation. Elle permettrait de bénéficier, sous conditions, d’un dispositif dérogatoire d’admission en formation d’accompagnant éducatif et social (AES).

Les actions pourraient être financées par les OPCO (POEC) ou au titre d'aides individuelles (AFPR, POEI). Les Régions peuvent également être sollicitées pour contribuer à ces financements dans le cadre des délégations de fonds du PIC à Pôle emploi, mais également traiter la problématique spécifique du statut des stagiaires demandeurs d’emploi non indemnisés.

Instruction n° 2021/72 du 1er avril 2021

Ajouter un commentaire sur le site