Impact de la crise sur le recrutement des cadres

Emploi et insertion professionnelle

Impact de la crise sur le recrutement des cadres

Dans un contexte de crise économique et face à un marché du travail chamboulé, l’Apec indique que l’année 2020 devrait se solder par un volume de recrutements compris entre 170 000 et 200 000, soit une baisse en moyenne de 30 à 40 % (-28 % en Nouvelle-Aquitaine).

Pour le 4ème trimestre 2020, seuls 5% des TPE et 15 % des PME affichent des intentions de recrutement, en raison majoritairement par la difficulté à retrouver leur niveau d’activité et leur manque de visibilité à court terme.

Sur les 40 000 embauches attendues au dernier trimestre, on retrouve parmi les secteurs les plus recruteurs, les activités informatiques, l’ingénierie R&D, le conseil, la banque-assurance, la communication-média et les activités juridiques et comptables, suivis des entreprises industrielles (8%), de la construction (7%) et du commerce (4%).

Les fonctions les plus demandées, restent les profils commerciaux (31%), recherchés pour développer et relancer l’activité des entreprises, les professionnels de l’informatique (25%) et les fonctions étude-recherche R&D (21%).

L’APEC relève que 58% des entreprises qui souhaitent recruter craignent des difficultés dans leur recherche, notamment dans le numérique, les études R&D ...

3 cadres en poste sur 10 se déclarent inquiets pour la sécurité de leur emploi et 7 sur 10 estiment que retrouver un emploi équivalent en cas de licenciement serait difficile. Toutefois 13 % ont l’intention d’entreprendre une démarche pour changer d’entreprise dans les 3 mois et un tiers ont des projets de mobilité externe à 12 mois, d’autant que la crise sanitaire a suscité chez une majorité d’entre eux une envie de changement plus large (mobilité géographique, reconversion professionnelle …).

L’Apec cible quatre populations fragilisées par la crise : jeunes diplômé·e·s, cadres en fin de carrière, cadres demandeurs d’emploi, et coté entreprises, les TPE-PME.

Les intentions de recrutements, côté entreprises, et de mobilité, côté cadres, devraient être plus élevées à moyen terme. De nombreuses entreprises anticipent une amélioration de leur situation à l’horizon 2021 et sont confiantes dans l’évolution de leur carnet de commandes.

Consulter l’étude 

Ajouter un commentaire sur le site