Utilisation des certifications professionnelles dans la métallurgie

Formation tout au long de la vie

Utilisation des certifications professionnelles dans la métallurgie

La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel a eu un impact sur les certifications puisque seuls les CQP enregistrés au RNCP ou au Répertoire Spécifique sont éligibles au financement du CPF.

L'UIMM publie un état des lieux de la certification - CQPM, Titres Professionnels (TP) et Diplômes - et de son utilisation dans la branche métallurgique. Cette étude permet notamment d'analyser le recours aux CQPM par rapport aux diplômes et titres professionnels existants.

A ce jour, 39 CQPM sont enregistrés au RNCP. L’objectif de la branche est d’inscrire tous les CQPM au RNCP d’ici fin 2023.

Certains CQPM sont nécessaires à la sauvegarde de savoir-faire, de techniques précises pour lequel il n’existe pas d’autres certifications. D’autres permettent d’avoir une certification adaptée au secteur de la métallurgie et apportent tout leur sens. Ils permettent ainsi de reconnaitre une spécialité dans des métiers transverses.
Ils complètent ainsi l’offre des autres certificateurs en s’adressant à un public essentiellement salarié alors que les titres sont tournés vers l’insertion dans l’emploi avec des formations sur un métier plus longues.

Les CQPM sont également utilisés dans le cadre des contrats de professionnalisation et POE pour embaucher les futurs collaborateurs avec des compétences adaptées à la métallurgie.

Cependant, l’offre très large des CQPM n’est pas visible et les entreprises recourent souvent aux mêmes CQPM alors que d’autres sont plus adaptés en termes decompétences. Certains préfèrent des CQPM génériques qui s’adaptent à toutes les situations plutôt que des CQPM spécifiques sur des savoir-faire particuliers ou sur une machine donnée.

Lire l'étude

Ajouter un commentaire sur le site