*

Services et métiers de l'eau

La Région Nouvelle-Aquitaine a adopté son Schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation (SRDEII) en décembre 2016. Il formalise la politique de la Région en matière d'aide aux entreprises et sa vision pour le développement économique du territoire.

La Région se donne comme ambition d'organiser et de promouvoir des filières prioritaires.
La filière Services et métiers de l'eau fait partie de ces filières prioritaires. 

Partagée entre les bassins versants Adour-Garonne (71% du territoire) et Loire-Bretagne (29% du territoire), la région est caractérisée par une grande diversité de milieux aquatiques et d’écosystèmes associés, composantes essentielles du grand cycle de l’eau : têtes de bassin, rivières, fleuves, zones estuariennes et eaux côtières, aquifères, étangs et zones humides.

Présentation de la filière

Au niveau régional

Après avoir réalisé un état des lieux complet, cinq enjeux prioritaires ont ainsi été identifiés par la Région permettant de guider la structuration de la Stratégie Régionale de l’Eau (voir ci-contre) :

  • une complémentarité à développer entre la préservation de l’eau et des notions intégratrices comme le développement économique et l’aménagement du territoire ;
  • une maîtrise et un équilibre des usages pour répondre aux fortes tensions sur la ressource disponible ;
  • une adaptation nécessaire induite par les effets du changement climatique ;
  • les têtes de bassin versant, un écosystème fragile à préserver, porte d’entrée de « l’hydrosystème » (la tête de bassin versant est le territoire le plus en hauteur d’un territoire qui draine l’ensemble de ses eaux vers un cours d’eau principal) ;
  • une qualité de l’eau dégradée lié aux activités humaines et à la géomorphologie.

Les entreprises ayant un savoir-faire et une spécialité dans le domaine de l'eau sont donc appelées à innover, proposer de nouveaux produits et services. La Région veut accompagner un Cluster Eau Nouvelle-Aquitaine pour permettre aux entreprises d'échanger et développer de nouveaux marchés, produits et services innovants : le pôle Environnement Limoges est le fédérateur de cette démarche.

Au niveau national

Parmi les cinq projets structurants du Contrat stratégique national de la filière eau (voir ci-contre) pour répondre aux principaux enjeux du secteur de l’eau et de l’assainissement, le comité stratégique de filière s’engage notamment à :

  • Renforcer la capacité de la filière en embauchant sur les métiers en tension du secteur, notamment au travers du développement de la formation par l’alternance avec promesse d’embauche : l’évolution des métiers et des compétences est un enjeu clé pour accompagner le développement du secteur de l’eau. Une étude financée par le Plan d’investissement dans les compétences (PIC) dans le cadre d’un Engagement de développement de l’emploi et des compétences (EDEC) et un plan de formation par alternance visant les métiers en tension seront lancés.
  • Mettre en place un accélérateur des PME du secteur de l’eau opéré par BPI France afin d’accompagner la croissance des entreprises, notamment pour leur stratégie d’internationalisation et le développement de nouvelles technologies.

Une étude prospective de la Direction générale des entreprises (DGE) et de la Filière française de l’eau (FFE) identifie des solutions susceptibles d’accroître la compétitivité de la filière. Elle cible les différents leviers (innovation, ressources humaines…) sur lesquels les acteurs de la filière de l’eau pourront s’appuyer pour déployer les solutions identifiées.

Parmi les recommandations pour renforcer le modèle de la filière française de l'eau face aux évolutions des métiers et des compétences et des besoins en formation, on retrouve :

  • définir des formations adaptées aux besoins de la filière,
  • rapprocher les écoles d'ingénieurs/universités spécialisées dans l'eau et celles des secteurs transverses,
  • lancement d'une étude PIC ciblée sur les métiers en tension via un accord cadre entre la DGEFP et la filière française de l'eau,
  • mobiliser des fonds sectoriels "Eau" pour mener des programmes dédiés de renforcement des compétences,
  • accompagner les projets internationaux par des actions de renforcement des compétences des bénéficiaires étrangers.

Evolution des métiers

Au sein de la branche, les métiers sont nombreux et font appel à une multiplicité de compétences : agents d’exploitation, chimistes, chargés de clientèles, téléconseiller, releveur, agent/technicien/ingénieur/responsable réseau, opérateur/technicien/responsable maintenance, chargé d’ordonnancement…

Les métiers de l’eau évoluent depuis 20 ans et seront amenés à évoluer encore au cours des prochaines décennies. Ces transformations sont d’abord la résultante de l’évolution des enjeux environnementaux et par conséquent des missions intrinsèques des services publics d’eau et d’assainissement :

  • de nouveaux métiers accompagneront l’adaptation à la transition énergétique et au développement de l’économie circulaire,
  • le développement du Big Data ou Data management, et l’intégration du numérique d’une manière générale, font émerger de nouveaux métiers et la transformation de métiers plus anciens.

Un exemple de métier qui n'existait pas il y a dix ans, celui d'ordonnanceur : il répond aux besoins de performance et d’optimisation des services, et s’inscrit dans la transformation des centres de pilotage opérationnels. Sur la base des données numériques transmises en temps réel par les réseaux désormais équipés d’installations intelligentes, l’ordonnanceur assure au sein de ces cellules de surveillance à distance, la gestion et l’optimisation des interventions de maintenance des équipes techniques sur le terrain. 

La formation

Depuis de nombreuses années, la branche des services de l’eau place au cœur de sa politique de formation, les actions permettant d’acquérir une reconnaissance (diplôme ou certification).

L’alternance et en particulier l’apprentissage sont fortement valorisés par les entreprises de l’eau, dont l’investissement en temps et en moyens pour organiser la transmission des savoir-faire et des compétences, est remarquable.
Les jeunes en apprentissage sont sensiblement plus nombreux au sein des entreprises de l’eau que dans la moyenne des secteurs et leur poids dans l’effectif global augmente d’année en année.

En savoir plus sur les formations des métiers de l'eau en consultant Rafael.