*

Cuir-Luxe-Textile-Métiers d'art

La Région Nouvelle-Aquitaine a adopté son Schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation (SRDEII). Il formalise la politique de la Région en matière d'aide aux entreprises et sa vision pour le développement économique du territoire. La Région se donne comme ambition d'organiser et de promouvoir des filières prioritaires.

La filière Cuir-Luxe-Textile-Métiers d'art fait partie de ces filières prioritaires (voir notre actu).

La région compte parmi ces marqueurs d'identité des savoir-faire artisanaux traditionnels reconnus comme la Porcelaine de Limoges, la Tapisserie d'Aubusson, les Charentaises, le Linge Basque, les gants de Saint-Junien, les couteaux de Nontron...

Présentation de la filière

La Région Nouvelle-Aquitaine lance une feuille de route 2020-2022 pour la filière cuir, luxe, textile et métiers d’art avec pour objectif de conquérir de nouveaux marchés.

Une stratégie et un plan d’actions en 4 axes et 17 priorités sont proposés :

  • développer les projets d’entreprises
  • favoriser la création et le maintien des emplois sur tous les territoires en anticipant l’évolution des compétences par l’adaptation de l’offre de formation professionnelle ou en facilitant la reprise et la cession d’entreprise
  • reconnaître et rendre attractifs les savoir-faire d’excellence
  • favoriser le rayonnement et l’accès au marché des entreprises : accompagner des projets favorisant l’utilisation des matières premières conçues, cultivées ou recyclées en Nouvelle-Aquitaine.

Les entreprises de la filière représentent près de 10 000 emplois directs en Nouvelle-Aquitaine. Ces métiers qui exigent des compétences spécifiques et un maintien des savoir-faire traditionnels projettent une exigence de qualité, de rayonnement et d'innovation et font face à un besoin de recrutement en hausse.

A la difficulté de recruter, s'ajoute plusieurs problématiques qui peuvent menacer les compétences :

  • une inadéquation entre l'offre de formation et les besoins relatifs aux métiers
  • des savoirs fondamentaux pas toujours acquis
  • une pyramide des âges dans certains secteurs très élevée qui pose la question du maintien et de la transmission des savoir-faire d'excellence.

Textile, Mode, Ameublement

La Nouvelle-Aquitaine est composée de 880 entreprises dont 620 artisans pour le textile et 1 930 pour l'habillement.

Plusieurs documents stratégiques régissent la branche du textile et de la mode notamment le contrat stratégique de filière mode et luxe 2019-2022, et l'EDEC 2016-2019 national pour la transition numérique de la filière, accord cadre national qui propose aux TPE-PME plusieurs actions d’accompagnement : un état des lieux de la maturité numérique de l’entreprise, une création de plateforme digitale RH, un développement d’outils numériques pour la gestion des compétences et de la formation.

La filière mode et luxe est une spécialité française, notre pays se situant en effet au premier rang mondial dans le secteur du luxe. L’industrie de la mode et du luxe doit cependant faire face à quelques faiblesses et, de façon à la consolider, un comité stratégique national a été institué. Regroupant des professionnels du secteur, les pouvoirs publics et les organisations syndicales, il compte six groupes de travail. Ses objectifs sont de préserver et valoriser les savoir-faire, créer de l’emploi et contribuer au renouveau de l’industrie. Pour y parvenir, la formation et la valorisation de métiers devront faire l’objet d’une attention particulière.

Cuir-chaussures

En Nouvelle-Aquitaine, on dénombre 554 entreprises dont 361 dans les activités de tannerie-mégisserie, maroquinerie, chaussure. 3 900 salariés composent cette filière.
L'ouverture d'une Cité du Cuir est prévue en 2020 à Saint Junien (87). Elle s'appuiera sur le patrimoine industriel de la ganterie et la mégisserie. Espace touristique et patrimonial, elle comprendra espace muséographique, scénographie, lieu d'exposition et ateliers.

Métiers d'art et patrimoine vivant

En Nouvelle-Aquitaine, en 2018, on compte 2 700 artisants d'art et 210 maîtres artisan Métiers d'Art. 28 % des dirigeants non-salariés sont âgés de plus de 55 ans.

Art du feu : Céramique ornementale et table 

La Nouvelle-Aquitaine est la 1ère région française en céramique ornementale et de table. Près de 4 salariés sur 10 de la filière nationale travaillent en région et 3/4 des emplois se situent en Haute-Vienne.

Sur la filière, en cours de structuration, des réseaux d'acteurs existent déjà à l'échelle infrarégionale et régionale :

  • sur les métiers d'art (Pôle expérimental des Métiers d'Art de Nontron et du Périgord-Limousin, Association des Métiers d'Art et de création de Cognac...)
  • sur des secteurs particuliers (Lainamac, Chaire Biarritz Active Lifestyle Industry, Cluster Réso'Cuir, Syndicat des émailleurs, Esprit Porcelaine...)

Evolution des métiers

Miser sur les métiers de la filière et les produits de l'excellence est une facteur distinctif dans les politiques d'attractivité car ces savoir-faire sont souvent le reflet de l'identité culturelle des territoires.

Des outils pour découvrir les métiers du textile

L’observatoire des métiers mode-textiles-cuirs propose une présentation ludique des métiers par des fiches.

Le conseil national du cuir propose un guide des métiers du cuir.

La formation

La formation initiale

Le niveau de qualification demandée tend à s’élever vers le Bac Pro ou BTS. La transition numérique et la volonté d’associer la filière plus étroitement au domaine du luxe ont contribué à élever ces standards.

En formation initiale, la région dispose de quelques cursus :
• CAP et Bac Pro maroquinerie (parcours de formation recréé avec Hermès) - Etablissement Jean Rostand, Angoulême
• CAP maroquinerie  - Lycée des Métiers de l’Industrie et de l’Artisanat et CFA Le Vigean, Eysines
• Titres pros de sellier  - Centre de rééducation professionnelle, Salagnac
• Bac pro métiers de la mode et BTS - Lycée professionnel Mas Jambost, Limoges
• Bac pro métiers de la mode - Lycée professionnel Danton, Brive-La-Gaillarde.

Le Campus des Métiers et des Qualifications (CMQ) Cuir, Textile, Mode & Luxe constitue un écosystème autour du lycée professionnel Porte d’Aquitaine à Thiviers (24) visant à valoriser et maintenir les savoir-faire, compétences spécifiques et l’innovation dans ces filières. Il contribue également à une plus grande lisibilité de l’offre de formation, dont des parcours de réussite proposés sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine.

La formation continue

Dans la région, de nombreux parcours sont accessibles en formation continue. Il y existe des formations qualifiantes :
• CAP (maroquinerie, métiers de la mode, tapisserie d’ameublement, art du tapis),
• Titre professionnel (sellerie),
• Bac pro artisanat option tapisserie d’ameublement.
• CAP Emailleur d'art sur métaux (unique en France) à Limoges

D’autres parcours, non qualifiants, permettent d’acquérir des savoir-faire pratiques :
• Professionnalisation Opérateur/trice de fabrication en maroquinerie industrielle (Saint-Junien),
• Préparation Opérationnelle à l’emploi collective - Opérateur/rice en fabrication de chaussure luxe (Limoges),
• Cordonnerie Multi-Services (Salagnac),
• Travail du cuir, maroquinerie - des bases à la préparation au CAP (Lavausseau).

Dans les entreprises, le recours à la formation interne est assez fort, avec les appuis et la sensibilisation de l'Opco 2i, l’OPCA principal de la filière textile. Consulter la liste des OPCO de la filière.

En savoir plus sur l'offre de formation, consulter Rafael

Le projet de développement de la Filière Excellence Cuir Nouvelle-Aquitaine (FECNA)

Une convention partenariale a été conclue pour une durée de 4 ans entre la Région Nouvelle-Aquitaine, les Départements de Dordogne-Corrèze-Haute-Vienne-Creuse, les représentants de la filière amont et aval à savoir CIVO et Réso’Cuir afin de promouvoir le projet de développement de la Filière Excellence Cuir Nouvelle-Aquitaine (FECNA).

Il a pour finalité la relocalisation de la filière en Nouvelle-Aquitaine parmi 4 leviers notamment en :

  • permettant une juste rémunération des éleveurs de veaux sous la mère en fonction de la qualité des peaux grâce à une meilleure répartition de la valeur ajoutée générée par la Filière
  • fournissant une peau locale et tracée provenant d’élevages d’excellence pour répondre à la demande de l’industrie du luxe.

Il répond à des enjeux territoriaux en permettant une valorisation des territoires vulnérables. Le projet permet en autre :

  • aux premiers acteurs du territoire, les éleveurs, de vivre de leur production et de se développer,
  • à la filière viande de valoriser les produits régionaux, de maintenir et créer de l’emploi,
  • le développement de la filière cuir dans la région, en générant un climat de création, d’émulation propice à l’implantation de manufactures porteuses d’emplois en zone rurale.

Ainsi s’engagerait dans la mise en œuvre du projet et son cofinancement, 9 sites d’abattage, 9 associations ou coopératives d’éleveurs, 3 à 5 tanneurs et 1 520 éleveurs potentiels sur la zone Périgord Limousin.