Journée défense et citoyenneté : plus d’un jeune sur dix en difficulté de lecture

Formation tout au long de la vie

Journée défense et citoyenneté : plus d’un jeune sur dix en difficulté de lecture

En 2018, plus de 710 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans, de nationalité française, ont participé à la journée défense et citoyenneté (JDC).
Selon les évaluations effectuées à cette occasion, 11,5 % d’entre eux sont en difficulté de lecture.

C’est d’abord le niveau en compréhension de l’écrit qui distingue les jeunes ayant des difficultés de ceux qui n’en ont pas.
Ceux qui rencontrent les difficultés les plus sévères, et qui représentent 5,2 % de l’ensemble, se caractérisent par un déficit important de vocabulaire.
3,4 % des jeunes n’ont pas les mécanismes de base de traitement du langage écrit. Ces jeunes peuvent être considérés en situation d’illettrisme, selon les critères de l’ANLCI.
Les jeunes des profils 3 et 4 (6,3 %) ont un niveau lexical oral correct, mais ne parviennent pas à comprendre les textes écrits. Pour les jeunes du profil 3 (3 %), des mécanismes de lecture déficitaires peuvent être invoqués. Quant à ceux du profil 4 (3,3 %), ils ont un niveau de lexique correct, mais comprennent mal ce qu’ils lisent.

La fréquence des difficultés de lecture est, en France métropolitaine, plus prononcée dans des départements du nord ou entourant l’Île-de-France.
En Nouvelle-Aquitaine, la part des jeunes en difficulté de lecture varie beaucoup entre les départements : elle atteint 15,2 % en Charente, 13,7 % dans la Creuse et 13,9 % dans les Deux-Sèvres. En revanche, le taux est en deçà de la moyenne nationale dans les Landes (9,2 %) et les Pyrénées-Atlantiques (9,4%).

Consulter les résultats de la Depp

Ajouter un commentaire sur le site