Un rapport pour sécuriser l’insertion des jeunes sortant de l'aide sociale à l'enfance

Orientation et parcours

Un rapport pour sécuriser l’insertion des jeunes sortant de l'aide sociale à l'enfance

En 2017, environ 341 000 enfants et jeunes étaient placés et/ou accompagnés dans le cadre d’une mesure de protection de l’enfance.
Une part importante de ces jeunes demeure en grande fragilité (15,8% ne sont plus scolarisés à l’âge de 16 ans). De plus, à leur majorité, alors qu’ils ont fait l’objet d’une prise en charge soutenue souvent pendant de nombreuses années, ils peuvent se retrouver sans solution ni projet d’insertion, manquant d’informations sur leurs droits, de moyens financiers ou de logement, nécessaires à la garantie de leur autonomie.

Pour pallier la situation, le 30 août 2019, Brigitte Bourguignon, la présidente de la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale, a remis au secrétaire d'État à la protection de l'enfance, un rapport sur l’accompagnement vers l’autonomie des jeunes majeurs sortant de l'aide sociale à l'enfance (ASE).
Ce rapport fait un certain nombre de recommandations et notamment en termes de sécurisation des parcours des jeunes l’année de leur majorité, d’insertion socio-professionnelle pour prévenir les ruptures, ou encore d’accompagnement des trajectoires d’excellence.

Parmi les recommandations du rapport :

  • Créer une « Garantie Jeunes renforcée », intégrant un accompagnement personnalisé pour les jeunes issus de l’ASE.
  • S’inscrire, à chaque étape du parcours du jeune, dans une logique de « tuilage » et de prévention des ruptures en garantissant un droit à l’expérimentation et en évitant les dates couperets.
  • Expérimenter la mise en place d’un revenu universel d’activité pour tous les jeunes sortis d’ASE.
  • Mieux informer les jeunes majeurs du champ des possibles et décorréler l’attribution des contrats d’accompagnement vers l’autonomie et des contrats jeunes majeurs du suivi d’une formation courte, pour lutter contre les assignations scolaires et sociales.
  • Créer un échelon supplémentaire de bourse du CROUS pour les jeunes issus de l’ASE.
  • Réserver aux jeunes de l’ASE des places dans les internats des lycées d’excellence.
  • Conventionner avec la conférence des Grandes Ecoles pour instaurer des dispositifs type Sciences-Po ZEP à destination du public ASE.
Lire le rapport complet : "La République doit être une chance pour tous : Pour un accompagnement sur mesure de chaque jeune majeur sortant de l'aide sociale à l'enfance vers l'autonomie réelle".

Ajouter un commentaire sur le site