Bilan et évolution de l'alternance dans la métallurgie

Compétences et besoins de l'économie

Bilan et évolution de l'alternance dans la métallurgie

L'observatoire de la métallurgie a publié une étude en janvier 2022 faisant le bilan des effets de la réforme de 2018 sur la formation professionnelle et indiquant que la branche oriente sa politique d'alternance pour répondre aux besoins en recrutement et en compétences de la filière.

Plusieurs objectifs sont visés :
  • Analyser l’évolution du recours, des publics et des pratiques d’alternance dans la branche et mesurer les impacts de la réforme de 2018
  • Comprendre les tendances et les enjeux constatés et formuler des recommandations pour la CPNEFP Métallurgie
  • Aider la CPNEFP à réviser les montants de prise en charge des contrats d’alternance pour garantir l’attractivité et la qualité des formations.
Un plan d'action a été élaboré en 4 axes clés :
  • Poursuivre et développer la sensibilisation des entreprises en faveur de l’alternance, notamment celles de moins de 250 salariés
  • Développer l’attractivité des formations en alternance menant aux métiers de la métallurgie
  • Renforcer les liens et les échanges entre les trois acteurs principaux de l’alternance : alternant, entreprise et centre de formation
  • Rendre éligible l’offre de CQP de la branche de la métallurgie aux contrats d’apprentissage.
Au 31 décembre 2020, la branche professionnelle de la métallurgie regroupait près de 56 500 alternants, dont près de 49 000 apprentis et plus de 7 500 contrats de professionnalisation. Les alternants sont très légèrement sous-représentés dans la branche métallurgie, car ils représentent 8% du volume total d’alternants en France tandis que les salariés de la métallurgie représentent 8.1 % de l’emploi salarié privé en France.

L’ensemble des acteurs interrogés dans le cadre de cette étude partagent la conviction que le choix de l’alternance par des jeunes et des moins jeunes est porté par la volonté d’aller plus naturellement et rapidement vers l’emploi. Contrairement à certaines idées reçues, la rémunération n’est pas la première des motivations pour les alternants.

Parmi les freins les plus fréquemment cités, on trouve en revanche la difficulté à trouver une entreprise d’accueil et le manque d’informations sur les formations et les métiers accessibles.

Ajouter un commentaire sur le site