Nouvelles écoles de production en Nouvelle-Aquitaine

Orientation et parcours

Nouvelles écoles de production en Nouvelle-Aquitaine

Six mois après avoir lancé un appel à manifestation d’intérêt, le Gouvernement présente trente-quatre nouvelles « Ecoles de production », qui vont bénéficier d’un soutien en ingénierie ou de subventions aux investissements, pour développer, d’ici fin 2023, une « troisième voie » de formation pour les jeunes, entre lycées professionnels et centres de formation des apprentis (CFA)

Les lauréats de cet AMI permettront d’étendre la couverture géographique du réseau national des écoles de production. Treize nouveaux départements accueilleront une école de production.
18 des projets lauréats en ingénierie sont situés en Territoires d’industrie

Après une 1ère école à Limoges, la Nouvelle-Aquitaine enregistre deux nouvelles implantations :

  • A Bressuire (79) le projet lauréat d’une aide en ingénierie porte sur la création d’une école de production dans le secteur du textile pour former des opérateurs en confection. Ce projet est porté par la Maison de l’Emploi du bocage Bressuirais et soutenu par le Club des entreprises du Bocage Bressurais et le Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) Nord Deux-Sèvres.
  • A Cognac (16) ce projet, également lauréat d’une aide en ingénierie, se déploiera dans le secteur de la métallurgie pour former des chaudronniers soudeurs. Ce projet est porté par le Grand Cognac et soutenu par l’IUMM Charente et l’Union Patronale de la Charente.
Les projets soutenus favoriseront le développement de compétences dans des filières en croissance en tension sur les recrutements tant au niveau local que national : trois projets portent sur les métiers du textile, deux sur les métiers du bois et quinze sur ceux de l’industrie (usinage ou chaudronnerie – soudage).

En savoir plus sur les résultats de l’AMI

Etablissements techniques privés reconnus par l’État, les écoles de production sont ouvertes à tous les jeunes, dès 15 ans, qui veulent apprendre autrement leur métier, et pour lesquels le système éducatif classique se révèle inadapté. Les jeunes travaillent sur des commandes réelles passées par les entreprises locales. Les formations y sont diplômantes (CAP, BAC pro), avec un taux de réussite moyen de 93%. Avec jusqu’à 5 à 6 offres d’emploi par élève, tous les jeunes trouvent un emploi à l’issue de leurs études, dont la moitié sous statut d’apprenti (+ d'infos).

Ajouter un commentaire sur le site