Impact des emplois aidés et de la formation continue pour l’insertion des décrocheurs scolaires

Emploi et insertion professionnelle

Impact des emplois aidés et de la formation continue pour l’insertion des décrocheurs scolaires

La Dares a cherché à mesurer l’impact du recours à des dispositifs d’emplois aidés et de formation continue par les décrocheurs scolaires vis-à-vis de la probabilité que leur candidature soit retenue par un recruteur.

Pour conduire cette étude la Dares s’est appuyée sur un «testing» consistant à envoyer des CV de différents profils de jeunes, décrocheurs scolaires ou non, en réponse à des offres d’emploi sur deux métiers (maçon et cuisinier) et à observer les taux de rappel des employeurs (demande d’informations complémentaires, proposition d’un entretien ou d’une embauche) en fonction des profils des jeunes.

Sans surprise, le taux de rappel des jeunes qui sont allés au bout de leur formation initiale est le plus élevé (27,9 %). À l’inverse, le taux de rappel des jeunes décrocheurs restés principalement inactifs pendant 2 ans (sans expérience ni formation continue) est le plus faible (10,0 %).

Le taux de rappel des candidats décrocheurs ayant obtenu un titre ou un diplôme en formation professionnelle continue est assez proche de celui des candidats ayant acquis une expérience professionnelle (emploi d’avenir) sans formation complémentaire : un candidat sur cinq est rappelé (respectivement 21,9 % et 21,0 %).

Lorsque les candidats combinent une expérience professionnelle (emploi d’avenir) et un CAP obtenu par une formation continue, leur situation se rapproche de celle des non-décrocheurs et environ un candidat sur quatre est rappelé (26,1%).

Consulter l’analyse de la Dares « Contrat aidé et formation : quels profils de décrocheurs scolaires sont privilégiés par les recruteurs ? »

Ajouter un commentaire sur le site