Pôle emploi analyse les freins périphériques à l’emploi en Nouvelle-Aquitaine

Emploi et insertion professionnelle

Pôle emploi analyse les freins périphériques à l’emploi en Nouvelle-Aquitaine

Selon l’observatoire régional de Pôle emploi, un demandeur d’emploi sur six déclare des freins périphériques au retour à l’emploi. Les deux principaux freins évoqués sont la « santé » (43%) et le « transport » (40%). Parmi les demandeurs d’emploi concernés par les freins périphériques, 44% en cumulent au moins deux.

Ces freins périphériques qui traduisent des difficultés non-professionnelles (santé, transport, financier, contraintes familiales…) sont désormais évalués au cours du diagnostic réalisé conjointement avec un conseiller Pôle emploi et le demandeur d’emploi lors de son inscription.

Globalement, les demandeurs d’emploi affichant des freins périphériques sont surreprésentés chez les personnes sans aucune activité (catégorie A), les seniors, les demandeurs d’emploi avec des niveaux de formations les plus faibles, ceux avec une durée d’inscription à Pôle emploi entre 12 et 24 mois, les bénéficiaires de l’obligation d’emploi et du RSA.

Sur les 12 départements de Nouvelle-Aquitaine, 8 affichent une part supérieure à la moyenne régionale de demandeurs d’emploi cumulant plus d’un frein, dont la part la plus importantes se situe dans la Creuse (51% des demandeurs d’emploi avec frein dans la Creuse cumulent au moins 2 freins), suivie de la Corrèze (50%). La Gironde et la Charente-Maritime sont les territoires avec la part la plus faible de demandeurs d’emploi cumulant plus d’un frein (41%).

Consulter le document « Les freins périphériques en Nouvelle-Aquitaine »

Ajouter un commentaire sur le site