Rapport du Senat : l’illectronisme ne disparaîtra pas d’un coup de tablette magique !

Emploi et insertion professionnelle

Rapport du Senat : l’illectronisme ne disparaîtra pas d’un coup de tablette magique !

Une mission d’information du Sénat travaille depuis mai 2020 sur le thème de "La lutte contre l’illectronisme et pour l’inclusion numérique".

Evoquant "un État qui se dématérialise à grande vitesse et une formation aux usages numériques à petite vitesse", la Mission a publié le 17 septembre 2020 un rapport définitif dans lequel elle fait un certain nombre de recommandations, et notamment :
  • Créer un fonds de lutte contre l’exclusion numérique.
  • Déployer le pass numérique sur l’ensemble du territoire d’ici 2022.
  • Pour accélérer le déploiement du pass numérique par les collectivités, définir l’inclusion numérique comme un service d’intérêt économique général (SIEG).
  • Former et associer les « guichets » (La Poste, CAF...) au repérage des publics éloignés du numérique. Y systématiser les actions de diagnostic numérique.
  • Rendre obligatoire la formation à la médiation numérique dans le cursus dispensé par les IRTS. Mieux informer les travailleurs sociaux de l’existence de la politique de lutte contre l’exclusion numérique, pour orienter les publics vers les offres de formation financées par le pass numérique.
  • Incorporer un test sur l’illectronisme lors de la Journée Défense et Citoyenneté.
  • Financer, dans le cadre du plan de relance de l’économie, un plan de formation aux compétences numériques des salariés, ciblant prioritairement les salariés peu qualifiés, les jeunes, et les salariés des PME, les commerçants et les artisans.
  • Forger une véritable filière de médiateurs numériques, par le lancement d’un plan national de formation et par une meilleure reconnaissance du métier de médiateur numérique en :
    - chargeant l’OPIIEC (Observatoire des métiers du numérique, de l’ingénierie, du conseil et de l’évènement) d’une mission de redéfinition du métier de médiateur numérique dans une perspective de « formation » et non « d’animation » ;
    - créant un baccalauréat professionnel « médiation numérique » ;
    - créant un Campus des métiers et des qualifications dédié à la médiation numérique ;
    - assurant leur formation continue permanente ; - créant un EDEC « médiation numérique »....
Consulter le rapport 

Ajouter un commentaire sur le site