40 % des organismes de formation ont besoin de se professionnaliser pour transformer leur activité

Formation tout au long de la vie

40 % des organismes de formation ont besoin de se professionnaliser pour transformer leur activité

Le ministère du Travail et Régions de France ont lancé en avril 2020 une enquête nationale, administrée par le réseau des Carif-Oref, pour connaître les besoins des prestataires de formation pour assurer une continuité pédagogique face à la crise du Covid-19.

Plus de 14 200 organismes de formation et CFA ont répondu à l’enquête (1 116 en Nouvelle-Aquitaine).

L'analyse des résultats confirme des difficultés, tant côté apprenants que du côté des organismes de formation.
Consulter les résultats au niveau national

En Nouvelle-Aquitaine, 59 % des organismes de formation ont choisi le maintien ou la poursuite de leur formation à distance ; 40 % des organismes ont suspendu leurs formations.

Les appels téléphoniques, la messagerie électronique et les web conférences ont été les modes de contacts privilégiés des organismes avec leurs apprenants. 76 % des organismes, depuis le 16 mars, utilisent des outils de web conférence, 34% des outils collaboratifs et 49 % des outils de messagerie instantanée.

Alors qu’avant le 16 mars, 54 % des organismes de formation régionaux ne proposaient pas de formation (en partie ou intégralement) à distance, ils ont été 32 % à proposer 100 % de leur offre à distance ; 27 % à proposer des formations 75 % à distance.

53 % des organismes ont mis à disposition des apprenants des contenus pédagogiques, 49 % des modalités d’évaluation et 49 % des modèles d’animations pédagogiques. 47 % ont utilisé une plateforme intégrée (plateforme LMS) permettant de diffuser des contenus pédagogiques et d’organiser des échanges entre apprenants et formateurs.

28 % des apprenants n’ont pas eu de conditions satisfaisantes pour accéder aux contenus pédagogiques à leur domicile. Parmi les problématiques exprimées par les apprenants pour le suivi des formations à distance, l’enquête pointe un manque d’autonomie, la non-maîtrise de compétences numériques conjugués au manque de matériel informatique adéquat et une connexion internet insuffisante voire un forfait data inadapté.

Seuls 5 % des organismes déclarent n’avoir pas eu le personnel suffisant pour faire face à la crise et 13 % ont connu des difficultés à obtenir les financements de leurs formations.
7 % des organismes indiquent que les modalités propres à la FOAD n’étaient pas adaptées et que le présentiel était requis.

Plus de 40 % des organismes de formation expriment le besoin de se professionnaliser pour transformer leur activité. 47 % ont besoin d’être accompagnés pour concevoir des ressources spécifiques et 41 % pour réaliser une scénarisation pédagogique de parcours.

Interrogés sur les difficultés envisagées pour la reprise totale d’activité, la grande majorité des établissements pense qu’il va être difficile de remobiliser le public. Plus d’un tiers estime, qu’en raison d’une durée trop courte de formation, il va être difficile de finaliser de manière satisfaisante les parcours pédagogiques.

Consulter les résultats de l’enquête en Nouvelle-Aquitaine

Ajouter un commentaire sur le site