Plan de reprise : la filière Numérique s’appuie sur la formation

Compétences et besoins de l'économie

Plan de reprise : la filière Numérique s’appuie sur la formation

Selon les organisations professionnelles, Syntec Numérique et TECH IN France, la crise sanitaire aura été l’occasion de franchir une étape dans la numérisation des entreprises et de l’économie et qu’il est indispensable de poursuivre la transformation numérique de la société.

Ils formulent des propositions dans ce sens, afin d’accompagner les travaux du Gouvernement et de l’administration sur le plan de relance de l’économie.

Ce document présente un diagnostic de l’impact de la crise sur les entreprises du secteur numérique, analyse les conditions de la relance de l’activité des entreprises de la filière, détaille les mesures sur lesquelles elle pourrait s’appuyer, et fait des recommandations pour accélérer la transformation numérique qui soutiendra la reprise économique.

Sur les 75 propositions, un certain nombre concerne la formation :

  • La formation professionnelle continue dans les entreprises devrait être encouragée plus largement. Des outils digitaux de formation continue, tels que des plateformes d’apprentissage numériques ou encore les badges numériques, devraient être développés afin de créer une offre d’apprentissage tout au long de la vie.
  • Accompagner le financement des formations des salariés non placés en activité partielle par exemple en élargissant le FNE-Formation, et en mettant en place un abondement d’Etat du CPF des salariés souhaitant se former sur des compétences numériques
  • Recréer un dispositif de formation, à l’instar de la période de professionnalisation, permettant d’accompagner des salariés qualifiés et/ou en inter-contrats ;
  • Elargir le public éligible à la ProA afin de permettre à des salariés ayant un niveau de qualification supérieur à Bac+2 d’être accompagnés via ce dispositif ;
  • Développer la Préparation opérationnelle à l’apprentissage (POA) ;
  • Mettre en œuvre une exonération totale : des charges patronales et salariales pour l’embauche en CDI des jeunes diplômés ; des charges patronales et salariales pour les tuteurs et les formateurs internes ;
  • Ouvrir l’éligibilité de l’aide aux employeurs d’apprentis afin de la rendre accessible à toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, et pour tous les niveaux de qualification.....
Consulter l'ensemble des propositions

Ajouter un commentaire sur le site