L’action des établissements et services d’aide par le travail (ESAT)

Emploi et insertion professionnelle

L’action des établissements et services d’aide par le travail (ESAT)

Plus de 120 000 personnes adultes en situation de handicap exercent une activité professionnelle dans environ 1 400 ESAT qui leur assurent un accompagnement médico-social. Elles sont encadrées par 30 000 salariés dont la majorité sont des moniteurs-éducateurs.

L’accès à ces établissements est réservé à des personnes reconnues par une CDAPH (commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées) comme n’étant pas en mesure, momentanément ou durablement, de travailler en milieu ordinaire et dont la productivité est inférieure au tiers de celle d’une personne valide.

Bien que les personnes atteintes de déficience intellectuelle représentent encore près des deux tiers des travailleurs d’ESAT, l’admission croissante de personnes présentant des pathologies psychiques et des troubles du comportement constitue une tendance lourde du secteur.

Les activités les plus fréquentes proposées par les ESAT sont l’entretien d’espaces verts, la restauration, le nettoyage, le conditionnement, les activités bois, la blanchisserie, le maraîchage. Dans certains territoires, des tensions existent sur l’offre de places dans ces établissements.

Un rapport réalisé conjointement par l’inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’inspection générale des finances (IGF) présente un état des lieux de l’action des ESAT et analyse les enjeux du secteur protégé pour l’inclusion des travailleurs handicapés.

Constatant que moins de 1% des travailleurs d’ESAT parviennent à se faire embaucher dans le milieu ordinaire, les auteurs du rapport soulignent que les ESAT doivent être à la fois des espaces de transition pour les uns et des lieux pérennes d’accueil pour les autres.

Les 37 propositions contenues dans le rapport sont organisées autour de quatre orientations stratégiques :

  • réaffirmer l’utilité et l’importance du milieu protégé comme facteur d’inclusion des personnes confrontées à des handicaps importants ;
  • reconnaitre, pour les personnes en situation de handicap, comme pour tout citoyen, un droit universel au travail en milieu ordinaire ;
  • garantir une place effective en milieu protégé si l’accès au travail en milieu ordinaire s’avère temporairement ou durablement impossible ;
  • garantir un accompagnement, dans la durée, en amont et au sein de l’ESAT ainsi que dans le milieu ordinaire de travail des travailleurs handicapés, avec notamment une portabilité de cet accompagnement.
Consulter le rapport

Ajouter un commentaire sur le site