Actuariat et conception technique au temps du digital

Compétences et besoins de l'économie

Actuariat et conception technique au temps du digital

L'observatoire des métiers de l'assurance a publié une étude sur les métiers de l'actuariat et de la conception technique au temps du digital.

Selon la nomenclature des métiers de l’assurance, se distingue l’actuariat financier de l’actuariat technique. Le premier se consacre à l’évaluation des risques de l’entreprise, la modélisation de leur impact financier et la préconisation d’actions préventives ou correctives. Le second contribue à l’équilibre technique des portefeuilles par la définition des barèmes de tarification, des règles de souscription et de la politique de surveillance des résultats.

Les métiers de l’actuariat se caractérisent par un marché de l’emploi sous tension. Le document met en lumière des évolutions contrastées selon qu’il s’agit de l’actuariat financier ou de l’actuariat technique. Dans les deux cas, la rareté des ressources incite les entreprises à adopter des organisations du travail plus flexibles. Dans le domaine de la conception des produits, les innovations technologiques repoussent les limites de l’actuariat technique.

Dans cet environnement, les savoirs pointus acquis en formation sont plus que jamais nécessaires aux titulaires de ces postes. C’est pourtant dans le domaine des compétences relationnelles et des postures attendues que la transformation digitale est remarquée. Dans la professionnalisation du jeune actuaire, l’apprentissage des compétences transversales devient indispensable.

Le nombre de salariés travaillant dans ces métiers augmente de 23% entre 2013 et 2018, contre une stagnation à + 0,5% pour l’ensemble de la branche. Si la jeunesse de la pyramide des âges limite les départs à la retraite, les entreprises doivent néanmoins compenser la mobilité inter et intra entreprise : 10% de ces collaborateurs quittent chaque année leur société et 5% changent de famille de métiers par mobilité interne.

Le manque de ressources incite à recruter en dehors du vivier des formations d’actuaires. A côté du recrutement traditionnel de statisticiens, les entreprises se tournent davantage vers les ingénieurs ou les diplômés en économie et finance. Parallèlement, des prestataires extérieurs constituent une importante variable d’ajustement du système. Les étudiants qui s’engagent dans les filières de l’actuariat sont attirés par les mathématiques. Si les statistiques et sciences actuarielles sont au coeur de la formation initiale, la maîtrise d’autres disciplines techniques est également requise. Une compréhension de l’architecture du système d'information et des bases de données est nécessaire.

Ajouter un commentaire sur le site