Premier bilan du Ségur de la santé

Emploi et insertion professionnelle

Premier bilan du Ségur de la santé

Un an après la présentation du Ségur de la santé (voir notre actu), le ministère des Solidarités et de la Santé publie un premier bilan sur le Ségur de la santé en faveur du secteur sanitaire et médicosocial.

Les remontées du terrain font état d'une hausse des vocations pour les métiers du soin, imputable à la fois à l'image des soignants durant la crise sanitaire et à la revalorisation de ces professions.

Pilier central des travaux du Ségur de la santé parmi les divers points abordés, celui de la question de l’attractivité des métiers du soin a conduit à des accords historiques avec les partenaires sociaux en juillet 2020, pour définir les mesures ambitieuses permettant que les métiers de la santé soient reconnus à la hauteur de l’engagement de celles et ceux qui les exercent.

Dès l’automne 2020, les premiers engagements portant sur les rémunérations des soignants ont été mis en œuvre, avec entre autres la revalorisation d’1,5 million de professionnels des établissements de santé et des Ehpad, la revalorisation et l’extension de l’indemnité de service public exclusif (IESPE) à l’ensemble des médecins travaillant à l’hôpital public, la revalorisation des indemnités de stage pour les étudiants paramédicaux, étudiants des filières médicales et internes, ainsi que l’augmentation de la rémunération des gardes pour ces derniers.

L’ensemble de ces mesures représentent un engagement massif et inédit de plus de 9 milliards d’euros supplémentaires par an dédiés uniquement au financement des rémunérations des personnels œuvrant à l’hôpital et dans les Ehpad.

Concrètement, une revalorisation complémentaire des grilles de rémunération pour l’ensemble des personnels soignants ainsi que les professionnels médico-techniques et de la rééducation au 1er octobre 2021 pour la fonction publique hospitalière et début 2022 pour la fonction publique territoriale, la fonction publique d’État et le secteur privé.

Les techniciens de laboratoire, diététiciens et préparateurs en pharmacie seront reclassés en catégorie A en janvier 2022.

On notera aussi que trois échelons supplémentaires ont été créés en fin de grille de Patricien Hospitalier pour améliorer la dynamique des carrières médicales hospitalières en 2ème partie de parcours professionnel et l’application du reclassement aux praticiens en prolongation d’activité.

En Nouvelle-Aquitaine, l’ARS a organisé la première réunion du comité régional de l’investissement en santé (CRIS) en lien avec la préfecture de région et rassemble les acteurs concernés qui sont les fédérations sanitaires et médico-sociales, élus et usagers. Cette structure de concertation est chargée de la déclinaison concrète de 1,2 milliard d’euros alloué à la région et d’assurer son suivi.

Ajouter un commentaire sur le site