Covid-19 : la situation des personnes handicapées (ESAT, CRP, salariés et étudiants)

Emploi et insertion professionnelle

Covid-19 : la situation des personnes handicapées (ESAT, CRP, salariés et étudiants)

Les salariés en situation de handicap et qui ne relèvent pas de la catégorie des personnes fragiles (ou aidant celles-ci), peuvent poursuivre leur activité professionnelle en privilégiant l’accès au télétravail ou à défaut, en appliquant les gestes barrières. En cas de doute, ils doivent consulter le médecin du travail ou, en son absence, le médecin traitant.

Les ESAT doivent organiser la réduction de leurs activités au strict minimum, y compris pour les mises à disposition et les unités de travail « hors les murs » en tenant compte des spécificités de cette activité professionnelle.
Les ESAT continuent de verser aux travailleurs handicapés privés d’activité la part de rémunération directe qu’ils assuraient jusqu’alors, s'il ne s'agit pas de personnes à risques pouvant bénéficier d’un arrêt de travail indemnisé. En contrepartie, les ESAT confrontés à des réductions d’activité seront intégralement compensés par l’Etat. Le montant des aides aux postes leur sera maintenu pendant la crise.

Les centres de rééducation professionnelle et de pré orientation sont fermés et la formation à distance doit être mise en œuvre chaque fois que possible. Les professionnels rendus disponibles restent mobilisés pour renforcer les accompagnements sur d’autres structures de l’organisme gestionnaire ou sont mis à disposition,sur la base du volontariat, d’autres organismes ayant des besoins.

Pour les stagiaires de ces centres, les règles sont les mêmes que pour les autres stagiaires de la formation professionnelle : soit la formation peut se poursuivre à distance, soit elle est suspendue et reprendra, quand cela sera possible, au stade où elle a été arrêtée. Les stagiaires en CRP ou CPO, conservent leur rémunération dans tous les cas.

Stages étudiants : afin de pallier l’absence de salariés et, alors que des stages sont suspendus, des employeurs du secteur social et médico-social peuvent donc recourir à des étudiants du travail social disponibles et volontaires pour leur apporter un appui (CDD ou convention de stage). Il a été demandé aux établissements de formation de maintenir le stage de cursus de l’apprenant lorsque ce dernier et la structure d’accueil en ont manifesté le souhait.
Plus d'infos dans la FAQ du 23/3/20 du secrétariat d'Etat chargé des personnes handicapées

Ajouter un commentaire sur le site