Le diplôme d’accompagnant éducatif et social en manque d’attractivité

Orientation et parcours

Le diplôme d’accompagnant éducatif et social en manque d’attractivité

Le diplôme d’État d’accompagnant éducatif et social (DEAES) est le résultat de la fusion des diplômes d’État d’aide médico-psychologique (DEAMP) et d’auxiliaire de vie sociale (DEAVS). Ce diplôme, qui vise à former de futurs professionnels dans l’accompagnement de personnes en manque d’autonomie, est composé d’un socle commun et de trois spécialités.

En 2018, 11 600 étudiants étaient inscrits en formation d’accompagnant éducatif et social, selon une récente enquête de la DREES. 9 500 étaient en première année. Parmi eux, 79 % ont suivi la spécialité « accompagnement à la vie en structure collective », 15 % la spécialité « accompagnement à la vie à domicile » et 7 % la spécialité « accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire », qui forme au travail en milieu scolaire ou en services médico-sociaux.

Le nombre total d’inscrits en première année est passé de 14 100 à 9 700 entre 2010 et 2018. Cette baisse a surtout concerné les étudiants se destinant au travail à domicile, dont les effectifs ont été divisés par quatre.

Cette baisse du nombre d’inscrits et la diminution du nombre de candidats posent la question de l’attractivité des professions auxquelles ces diplômes conduisent. Ce manque d’attractivité est spécialement prégnant pour la filière « domicile ». De plus, une fois admis en formation, 16 % des inscrits en première année de la spécialité « domicile » l’ont interrompue en cours d’année.

A noter, qu’en 2018, 1 170 personnes ont obtenu le DEAES par le biais de la VAE, soit 12 % de l’ensemble des diplômés. Le recours à la VAE est variable selon la spécialité choisie : 3 % pour les diplômés en spécialité « structure », 17 % pour la spécialité « éducation inclusive » et 42 % pour la spécialité « domicile ».

À son entrée en formation, un étudiant en première année sur deux a un niveau d’études inférieur au baccalauréat. L’âge moyen des nouveaux étudiants en première année est de 34 ans. La formation d’accompagnant éducatif et social est moins souvent suivie dans le cadre d’une formation initiale. Elle l’est davantage dans le cadre d’une reconversion professionnelle.

S’agissant de l’offre de formations, la Drees indique qu’elle est inégalement répartie : la spécialité « éducation inclusive » est disponible dans moins de la moitié des établissements dispensant la formation d’accompagnant éducatif et social. En revanche, 96 % des centres de formation au DEAES dispensent la spécialité « structure » et 73 % la spécialité « domicile ».

Consulter l’étude

Ajouter un commentaire sur le site