Travaux Publics : 14 000 jeunes devront être recrutés chaque année d'ici 2025

Compétences et besoins de l'économie

Travaux Publics : 14 000 jeunes devront être recrutés chaque année d'ici 2025

A l'horizon 2025, le secteur des Travaux Publics comptera environ 40 000 salariés de moins de 30 ans si se confime la baisse tendancielle de la part des jeunes qui devrait avoisiner les 16 % cette année là. La part des plus de 55 ans devrait alors dépasser celle des moins de 30 ans.

Dans ce contexte de vieillissement des salariés, 14 000 jeunes sont à recruter par an d'ici 2025, dont 30 % d’entre eux sur les métiers d’ouvriers VRD (voiries et réseaux divers) et de techniciens.

Le Contrat d'études prospectives des Travaux Publics 2018-2025 publié par la FNTP propose un zoom sur l'évolution des principaux métiers en effectif en 2025, ainsi que l'évolution des effectifs et les besoins en formation pour chaque métier entre 2017 et 2025 :

  • les métiers de l'encadrement de chantier seront impactés par l'évolution des attentes des maîtres d'ouvrages et l'accroissement des contraintes, la diffusion progressive des outils digitaux collaboratifs, et la tendance à la standardisation des méthodes de travail et de la logistique.
  • les métiers de l'éxécution de chantier vont voir accroître les contraintes : ces métiers sont impactés par l’utilisation de la réalité augmentée pour visualiser l’ouvrage futur en 3D et pour les modes opératoires sur les chantiers complexes ainsi que par la cobotisation qui permet de diminuer la pénibilité de certaines activités.
Le CEP apporte aussi des préconisations tels que :
  • donner la priorité à l’apprentissage par une politique de branche
  • renforcer le niveau des jeunes sortants de l’enseignement professionnel
  • former des ingénieurs en maintenance
  • poursuivre la rénovation des référentiels de formation au regard des évolutions de compétences attendues
  • procéder à une réingénierie des certifications en blocs de compétences
  • accompagner le réseau des CFA à digitaliser leur offre de formation
  • passer d’un modèle « apprendre pour faire » à un « modèle apprendre en faisant » (tel la FEST voir notre dossier),
  • et organiser en région un service de proximité « emploi-compétences » pour les TPE-PME avec l’OPCO de la construction. 
Enfin, il a permis de poser une méthodologie d'élaboration en 5 étapes :
  • la construction d’un scénario macro-économique qui a permis de projeter à 2025 l’activité du secteur et de construire un scénario national d’évolution de l’emploi
  • une étude qualitative des métiers et de leur mutation, doublée d’interviews avec les Syndicats de Spécialités et d’une enquête en direction des entreprises pour qualifier l’évolution des compétences et l’impact du numérique en particulier
  • une large consultation de l’éco-système de l’innovation du secteur pour faire un état des lieux des innovations aujourd’hui et demain
  • une analyse approfondie de l’offre de formation consolidée avec les offreurs de formation
  • un temps de travail en région avec chacune des FRTP pour intégrer les spécificités territoriales.
Lire le CEP

Ajouter un commentaire sur le site