Perspectives 2019 de l’OCDE : étendre la formation aux plus démunis

Formation tout au long de la vie

Perspectives 2019 de l’OCDE : étendre la formation aux plus démunis

Le rapport 2019 de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur "l'avenir du travail", publié le 25 avril 2019, aborde les questions de perspectives de l'emploi. 

Dans les 20 prochaines années en France, les emplois à risque élevé d’automatisation se situent légèrement au-dessus de la moyenne de l’OCDE : 16,4% des emplois ont un risque supérieur à 70% d’être entièrement redéfinis. À cela s’ajoutent 32,8% d’emplois à risque de transformations de leur contenu et de leur mode d’exécution.

Si certains emplois sont susceptibles de disparaître, d’autres apparaissent en parallèle, et au total l’emploi a continué à augmenter. L’OCDE note en revanche qu’en France, si le nombre d’emplois n’est pas voué à diminuer, leur qualité pourrait se détériorer et les disparités entre travailleurs s’aggraver.

La France affiche un niveau élevé de sous-emploi, ainsi qu’une forte dualisation du marché du travail. La part d’emplois temporaires et de CDD est élevée, de même que la part de travailleurs ayant un statut d’indépendant.

La formation des adultes est essentielle pour aider les plus vulnérables dans un marché du travail en mutation et pour aider les travailleurs à maintenir et améliorer leurs compétences tout au long de leur carrière.

Dans les pays de l’OCDE, 40% des adultes en moyenne suivent une formation professionnelle chaque année, mais ceux qui ont le plus grand besoin de formation y ont le moins recours. En France, 31,6 % des adultes ont suivi une formation professionnelle au cours des douze derniers mois. Toutefois, l’écart de participation entre les personnes peu qualifiées et les très qualifiées est juste au-dessus de la moyenne de l’OCDE.

L’OCDE qualifie cette situation d’inquiétante d’autant plus que la France consacre des ressources considérables à la formation professionnelle. Elle souhaite un système plus efficace de formation tout au long de la vie qui ouvre de nouvelles perspectives aux moins qualifiés, ceux que l’automatisation menace en premier lieu.

L’OCDE estime que le compte personnel de formation est une opportunité pour augmenter les droits des moins qualifiés, mais indique qu’un accompagnement individuel est nécessaire pour favoriser l’accès aux utilisateurs les plus démunis.

Consulter l’analyse pour la France

Ajouter un commentaire sur le site