Six bacheliers professionnels sur dix poursuivent leurs études l’année post-bac

Emploi et insertion professionnelle

Six bacheliers professionnels sur dix poursuivent leurs études l’année post-bac

Un élève sur cinq entré en sixième en 2007 est diplômé d’un baccalauréat professionnel selon une récente étude de la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP). Cette étude porte sur les diplômés d’un baccalauréat professionnel obtenu en 2014, 2015 ou 2016 et qui ont poursuivi des études, que ce soit dans le supérieur ou hors supérieur.

La moitié des diplômés ont obtenu ce diplôme sans avoir connu de redoublement dans leur scolarité. Six bacheliers professionnels sur dix ont poursuivi leurs études l’année post-bac et la moitié d’entre eux se sont orientés en section de techniciens supérieurs (STS).

12 % des diplômés d’un baccalauréat professionnel sont passés par une seconde générale et 7 % par un CAP ou un BEP.

Près de six bacheliers professionnels sur dix sont diplômés des spécialités du secteur tertiaire, notamment celles rattachées aux domaines « échanges et gestion » et « services aux personnes ». Quant aux spécialités de la production, elles concernent quatre bacheliers professionnels sur dix et relèvent essentiellement du domaine « mécanique, électricité, électronique ».

Les bacheliers professionnels ont été 13 % à poursuivre dans une formation non supérieure contre 3 % des bacheliers technologiques et 1 % des bacheliers généraux.

Lorsqu’ils se sont orientés dans une formation non supérieure, les bacheliers professionnels se sont inscrits majoritairement dans une filière professionnelle de niveau V mais 20 % d’entre eux ont décidé de se réinscrire en terminale dans une autre série professionnelle ou de suivre une formation de niveau équivalent (brevet professionnel ou de technicien).

Après la première année, 11 % des bacheliers professionnels entrés en STS ont redoublé et autant se sont réorientés ou ont arrêté leur formation. Parmi les étudiants qui ont abandonné en cours d’année (8 %), la moitié a repris des études l’année qui a suivi.

De la même façon que pour la poursuite d’études et l’orientation dans une formation supérieure ou non, la réussite en STS est fortement liée au passé scolaire. À caractéristiques sociodémographiques comparables, c’est essentiellement la mention obtenue au baccalauréat et, dans une moindre mesure, le redoublement qui a joué un rôle déterminant dans la réussite.

Consulter la note de la Depp

Ajouter un commentaire sur le site