Le Fonds d'expérimentation pour la jeunesse (FEJ) a dix ans

Emploi et insertion professionnelle

Le Fonds d'expérimentation pour la jeunesse (FEJ) a dix ans

En dix ans, dans le cadre du FEJ, près de 1000 expérimentations ont été menées et 260 millions engagés (tels que les programmes "Prévention des ruptures dans l’apprentissage" en Corrèze, "Rebond pour les étudiants décrocheurs de l'enseignement supérieur portée par l’AFIJ et évaluée par le centre de recherche CNRS-CREST" en Aquitaine/Limousin ou le portefeuille d'expérience et de compétences en Aquitaine/Poitou-Charentes).

L’évaluation d’impact pilotée par le FEJ a permis de distinguer les jeunes créateurs accompagnés de ceux qui ne le sont pas. Dès la première année, les jeunes accompagnés acquièrent de nouvelles compétences. Ils sont deux fois plus nombreux à suivre une formation professionnalisante que les non-bénéficiaires, et deux ans plus tard, ils sont 23 % plus nombreux que les jeunes non accompagnés à avoir un emploi salarié.

Au-delà des méthodes employées, le double procédé d’expérimentation et d’évaluation semble avoir modifié les pratiques des acteurs qui ont intégré les outils comme un véritable atout et une philosophie renouvelée de l’action associative et d’intérêt général.

Dans le cadre du Plan pauvreté (voir notre actu), il est prévu que des expérimentations soient lancées en s’appuyant sur le FEJ. Cela pourrait représenter 40 millions d’euros sur les 100 millions du fonds d’investissement social levé dans le cadre du Plan pauvreté du gouvernement.
Ces projets porteraient sur quatre axes : la petite enfance, l’insertion des jeunes, l’accompagnement hors temps scolaire, et la gouvernance territoriale.

Enfin, le FEJ a lancé en 2018 un appel à expérimentation visant à prévenir et/ou agir sur les actes et mécanismes discriminatoires que peuvent rencontrer les jeunes en raison de leur origine ou leur lieu de résidence dans les différentes étapes de leur insertion.

Lire le livret

Ajouter un commentaire sur le site